Primaire à gauche: Arnaud Montebourg invite les électeurs de droite à venir voter «pour battre Hollande»

ELECTION « Je leur propose de battre le président de la République actuel avec ma candidature », a déclaré le député de Saône-et-Loire…

H. B.

— 

Arnaud Montebourg, le 2 novembre 2016.
Arnaud Montebourg, le 2 novembre 2016. — SEBASTIEN SALOM-GOMIS/SIPA

Inspiré par la participation massive à la primaire de droite dimanche dernier, Arnaud Montebourg a appelé ce jeudi matin les électeurs de droite à venir voter à la primaire de gauche. « J’invite les Français à venir massivement voter à la primaire de gauche pour imposer leur point de vue », a d’abord déclaré, sur RTL, le candidat à la primaire de la Belle alliance populaire organisée par le PS en janvier 2017.

>> A lire aussi : Une primaire à gauche et beaucoup d'interrogations

Invité à préciser sa pensée, le député de Saône-et-Loire a ensuite ajouté que tous les électeurs de droite étaient les bienvenus. « Je les invite à participer à la primaire, ceux qui le souhaitent. A participer au choix politique de l’avenir du pays et d’y participer à leur manière », a déclaré Arnaud Montebourg. « Et je leur propose de battre le président de la République actuel avec ma candidature », a-t-il ajouté.

>> A lire aussi : L'électeur de gauche se déshonore-t-il en participant au scrutin?

Sur les 4 millions d’électeurs qui ont voté dimanche dernier à la primaire de droite, près de 15 % seraient des sympathisants de gauche, d’après un sondage Elabe pour BFMTV. Soit près de 600.000 votes qui ont probablement influé sur le résultat final.

L’objectif, « faire battre François Hollande »

Arnaud Montebourg a fait de François Hollande sa cible numéro 1. Ce jeudi matin, il a une nouvelle fois attaqué le président sortant sur son bilan. « On ne peut pas lever l’espoir sur un échec », a-t-il affirmé sur RTL. Le quinquennat de François Hollande est « un quinquennat fait de reniements et de renoncements », a répété le député de Saône-et-Loire.

>> A lire aussi : Une fin de mandat plus crépusculaire que les autres présidents?

Depuis quelques semaines, l’actuel président de la République voit certains de ses plus proches soutiens lui tourner le dos. Et d’après les derniers sondages, son éventuelle candidature a encore beaucoup de mal à trouver un écho.