Plusieurs ministres socialistes renoncent aux législatives

ABANDON Certains entendent s'éloigner de la vie politique...

C. Ape.

— 

Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve et le secrétaire d'Etat aux Transports Alain Vidalies
Le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve et le secrétaire d'Etat aux Transports Alain Vidalies — JACQUES DEMARTHON / AFP

Au Parti socialiste, bouderait-on les législatives ?
Alors que la date de dépôt des candidatures à l’investiture était fixée au 18 novembre, L’Obs a découvert qu’au moins trois ministres avaient décidé de jeter l’éponge.

Thierry Mandon a un projet qui va « faire du bruit »

Et pas des moindres. Ainsi, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, qui a été député de la Manche entre 1997 et 2002, puis de nouveau à partir de 2007. Selon l’hebdomadaire, il devrait s’éloigner de la vie politique, tout comme le député des Landes et secrétaire d’Etat aux Transports Alain Vidalies.

Celui qui avait été élu dans l’Essonne en 1988, puis en 2012, Thierry Mandon, souhaite se consacrer à « un projet » personnel. Le secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur a promis que ce projet, qui sera dans le domaine de « la bataille des idées » allait « faire du bruit ».

>> A lire aussi : Les députés PS pro-Macron en lice pour les législatives devront soutenir le vainqueur de la primaire

La candidature d’El Khomri à Paris ? Une « mauvaise idée »

Selon les informations de L’Obs, Michel Sapin pourrait également renoncer. Aux dernières législatives, celui qui avait été quatre fois élu dans l’Indre et les Hauts-de-Seine depuis 1981 n’avait été que simple suppléant.

De son côté, Le Figaro rappelle que l’actuelle ministre de la Culture, Audrey Azoulay, avait renoncé à sa candidature le 14 novembre face à la frilosité d’Anne Hidalgo.

La maire de Paris a par ailleurs affirmé qu’une candidature de la ministre du Travail, Myriam El Khomri, dans la 18e circonscription de la capitale était une « très mauvaise idée ». La ministre n’a toutefois pas abandonné.