VIDEO. Primaire à droite: Mais c'est quoi (en vrai) les différences entre le programme de Fillon et de Juppé?

COMPARAISON Les deux hommes sont en désaccord sur degré de libéralisme économique, l’immigration ou l’attitude envers la Russie...

20 Minutes avec AFP

— 

Alain Juppé et François Fillon, les deux finalistes de la primaire de la droite.
Alain Juppé et François Fillon, les deux finalistes de la primaire de la droite. — CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

«Tisane contre vodka»: voilà comment certains commentateurs ont résumé la différence d'approche entre les finalistes de la primaire de la droite. Pourtant, les programmes d'Alain Juppé et de François Fillon présentent de nombreuses similitudes. Ils s'opposent surtout sur le degré de libéralisme économique, l'immigration et l'attitude envers la Russie. 20 Minutes fait le point.

Des choix similaires. Les deux candidats allongeront l’âge légal de départ à la retraite de 62 à 65 ans, Juppé précisant que cela interviendra d’ici à 2026.

Ils réduiront les allocations chômage, par une dégressivité dans le temps pour Juppé, un plafonnement avec une dose de dégressivité pour Fillon.

>> A lire aussi : Paul Duan, un génie de l'informatique qui veut faire baisser le chômage en France

Ils veulent durcir la politique pénale et construire des places de prison (16.000 pour Fillon, 10.000 pour Juppé).

Emplois publics : quelle purge ? Les deux veulent réduire les dépenses publiques (de 100 milliards d’euros en cinq ans pour Fillon, de 85 à 100 milliards pour Juppé), avec l’objectif d’un équilibre budgétaire à la fin du quinquennat et un outil : la réduction du nombre d’emplois publics, actuellement de 5,5 millions.

>> A lire aussi: Salariés, fonctionnaires, chômeurs, patrons... Les promesses de Fillon et Juppé

Mais ils divergent sur l’ampleur de cette baisse : de 500.000 en cinq ans grâce à l’augmentation du temps de travail des fonctionnaires à 39 heures pour Fillon, de 200.000 à 300.000 en cinq ans grâce à des départs en retraite non remplacés pour Juppé.

Fiscalité : 1 ou 2 points de TVA. Les deux veulent réduire impôts directs et cotisations, sur les entreprises et les ménages, avec notamment la suppression de l' ISF (Impôt de solidarité sur la fortune), la hausse du plafonnement du quotient familial, la réduction progressive de l’impôt sur les sociétés.

En compensation, ils veulent relever la TVA : de deux points pour Fillon, afin de compenser la suppression de la cotisation salariale maladie, d’un point pour Juppé pour compenser en partie la réduction des cotisations des entreprises destinées aux allocations familiales.

Quelle durée du travail ? Les deux veulent supprimer les 35 heures et laisser aux entreprises le soin de négocier le temps de travail.

Juppé maintient toutefois, à défaut d’accord, une durée légale, à 39 heures, tandis que Fillon supprime cette notion dans le secteur privé, laissant juste dans la loi la durée maximale de 48 heures.

>> A lire aussi : Ce qui va changer au 1er janvier 2017 avec la loi Travail

Russie et Syrie : la divergence. Partisan de la fin des sanctions économiques contre la Russie, Fillon estime qu’il n’y a pas « d’autre choix que de nous tourner vers les Russes et le régime syrien pour éradiquer les forces de l’Etat islamique ».

>> A lire aussi: François Fillon, vrai ami de Vladimir Poutine ou simple relation de travail?

Critiquant « la fuite en avant » de la Russie en Syrie, Juppé juge qu’il « n’y aura pas de retour à la paix en Syrie avec Bachar al-Assad ».

>> A lire aussi: Syrie, Russie, Trump... Que réservent Juppé et Fillon sur les questions diplomatiques?

Immigration et droit du sol. Les deux proposent des quotas d’ immigration et une réforme du regroupement familial.

Fillon propose que le droit du sol (un jeune étranger né et élevé en France devient Français à sa majorité) ne soit plus automatique : la nationalité ne serait accordée qu’à la demande du jeune.

Juppé maintient le « droit du sol » automatique si au moins un des parents était en situation régulière à la naissance de l’enfant.

Fillon veut supprimer l’aide médicale d’Etat (AME), destinée aux étrangers sans papiers, alors que Juppé veut la limiter aux cas d’urgence.

Fichés S : rétention en débat. Juppé est « tout à fait favorable » à des centres de rétention pour les individus « fichés S » par les services antiterroristes, à condition que l’internement soit décidé par un juge.

Fillon refuse cette idée et veut s’en tenir à « l’application stricte du code pénal ».

>> A lire aussi : Des profs fichés S ont été suspendus par l'Education nationale

Mariage gay : garder ou réécrire. Juppé ne reviendrait pas sur la loi Taubira instaurant le mariage homosexuel. Fillon envisage sa réécriture sur l’adoption pour éviter que la loi considère « qu’un enfant est fils ou fille, de manière exclusive, de deux parents du même sexe ».

Principe de précaution. Fillon veut retirer « le principe de précaution » de la Constitution, Juppé le maintenir. Ce principe fait obligation aux gouvernants de prendre des mesures en cas de risque sur l’environnement, même si le dommage encouru « reste incertain en l’état des connaissances scientifiques ».

>> A lire aussi: Nucléaire et principe de précaution, que veulent faire Juppé et Fillon pour l’environnement?

Fillon pour l’uniforme. Les deux souhaitent plus d’autonomie des universités et établissements scolaires, en particulier pour les rythmes scolaires. Fillon propose aussi le port de l’uniforme à l’école.

Cumul des mandats. Fillon ne touchera pas à la loi qui interdira à partir de 2017 d’être à la fois parlementaire et maire. Juppé n’exclut pas d’autoriser un cumul de deux mandats dans les petites et moyennes communes.

>> A lire aussi : Trois quarts des Français hostiles au cumul des mandats local et parlementaire selon un sondage