Primaire à droite: On a interrogé les sarkozystes «purs et durs» qui déchirent leur carte du parti

ELECTIONS « 20 Minutes » a interrogé les fervents soutiens de Sarkozy, qui n’ont pas digéré la défaite de leur champion au premier tour de la primaire…

T.L.G.

— 

Des militants sarkozystes coupent leur carte d'adhérent.
Des militants sarkozystes coupent leur carte d'adhérent. — Twitter

Pour eux, dimanche soir, la terre a tremblé. Au QG de Nicolas Sarkozy, beaucoup de militants étaient en larmes après la défaite de leur champion au premier tour de la primaire à droite. Dans la soirée, certains soutiens s’interrogeaient sur l’opportunité de poursuivre la campagne à venir des Républicains. Lundi dernier, un ancien militant nous prédisait d’ailleurs une hémorragie de militants à venir en cas de défaite de Nicolas Sarkozy. Ces derniers préféreraient quitter le parti plutôt que de soutenir un autre candidat.

>> A lire aussi : Primaire à droite: La stupeur et les larmes au QG de Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy a toujours entretenu un lien passionnel avec une base militante fièrement acquise à sa cause. Sur Twitter, depuis dimanche soir, de nombreux adhérents déchirent leur carte du parti. 20 Minutes les a interrogés

« Je ne ferai jamais campagne pour Fillon, le traître »

C’est le cas de Murielle, 47 ans, fervente sarkoyste depuis 2007. « C’est l’âme de ce parti. Sans lui, le parti n’a plus de sens. On va revenir comme en 2012, à la foire d’empoigne entre les différents candidats », regrette la commerciale lyonnaise.

« Sans lui, la droite n’existe plus. Il est le seul à nous communiquer sa ferveur, cette dynamique, il a remis le parti debout, créé Les Républicains en rassemblant tout le monde. Je suis écœurée par cette primaire ouverte, on nous a volé l’élection ». Pour elle, impossible de soutenir François Fillon ou Alain Juppé. « Fillon est un traître, on l’a vu avec l’affaire Jouyet. Ce ne sera toujours qu’un second couteau. Je ne veux pas de cette droite bourgeoise, ni de ces chiraquiens que je n’ai jamais pu blairer. Je quitte le parti. Je ne ferai jamais campagne pour eux, ils n’auront plus mes sous ».

Même dégoût pour Pimprenelle*. « J’ai adhéré au parti en 2006 pour soutenir Nicolas Sarkozy, j’y suis restée en 2012 pour attendre son retour mais aujourd’hui je n’ai plus d’espoir et plus de raison d’être dans un parti politique. Personne d’autre me donne envie de m’engager en politique ».

« Ce soir, mon cœur saigne », écrit le responsable du site « Fidèles Sarkozystes ». « J’ai été fier d’être sarkozyste au plus profond de l’âme. Toutes ces années, ces jours et ces nuits, ces heures et ces minutes, à militer auprès de vous », regrette-t-il.

« Sarkozy s’est fait piéger avec cette primaire, qui est une fumisterie. Je ne voterai pas en 2017 car je me retrouve ni dans Fillon le traître, ni dans Juppé qui aurait dû se présenter à la primaire de gauche », témoigne Yvonne*, qui a elle aussi coupé sa carte.

*Pseudos Twitter