Primaire à droite: Ultra-libéral, pro-russe... Le programme de François Fillon

ELECTION « 20 Minutes » revient sur les principales réformes promises par François Fillon, vainqueur de la primaire de la droite…

C.P.

— 

François Fillon est en tête du premier tour de la primaire de la droite et du centre, le 20 novembre 2016.
François Fillon est en tête du premier tour de la primaire de la droite et du centre, le 20 novembre 2016. — SIPA

Pas de demi-mesures. François Fillon l’avait répété à quelques jours du premier tour de la primaire : il entend créer un choc psychologique en France et son programme ne supportera aucune négociation, « c’est à prendre ou à laisser », lançait-il encore dans le Figaro. Se targuant d’avoir sans relâche le projet « le plus cohérent et le plus puissant » dans cette campagne interne, François Fillon a « creusé son sillon calmement » avec des mesures radicales très marquées à droite, tant au niveau économique que sociétal. Retour sur ses principales propositions.

>> A lire aussi : Suivez le second tour de la primaire

Un programme économique ultralibéral (très Thatchérien)

Son admiration pour Margaret Thatcher, François Fillon la revendique : il clamait encore son admiration pour le dame de fer britannique dans L’Emission politique sur France 2 le 27 octobre. En clair : haro sur les syndicats, les fonctionnaires et les dépenses publiques. Et un petit coup d’œil à son projet économique suffit à s’en convaincre : François Fillon entend soumettre la France à une cure d’austérité sans précédent :  pour créer un « choc de compétititivé », l’ancien Premier ministre s’engage sur un programme de 100 milliards d’euros d’économies en cinq ans sur les dépenses publiques et la suppression de 500 000 postes de fonctionnaires.

« Le statut de la fonction publique sera passé à la paille de fer pour en gommer tous les avantages injustifiés », assure-t-il. Mais les plus riches et les entreprises, eux seront brossés dans le sens du poil : il propose de supprimer l’ISF et d’augmenter de 3,5 points le taux normal de TVA contre une baisse de 40 milliards de baisses des cotisations des entreprises et 10 milliards d’allégements sociaux et fiscaux pour les ménages.

Côté travail, François Fillon préconise le retour aux 39 heures dans la fonction publique et la fin des 35 heures dans le privé : il entend laisser les salariés et chefs d’entreprise négocier librement la durée de travail hebdomadaire dans « la limite des 48 heures » posée par le droit européen. Il veut aussi supprimer un jour férié et propose le recul de l’âge de la retraite à 65 ans avec un alignement des régimes du public et du privé.

>> A lire aussi : 100 milliards d’économies, hausse de la TVA… Fillon détaille son «choc» budgétaire

Une politique étrangère pro-russe

François Fillon ne cache pas sa sympathie pour la Russie : il souhaite une levée de l’embargo qui pèse sur le pays depuis l’invasion de l’Ukraine, et une coopération accrue avec Poutine notamment en Syrie contre Daesh. A ce titre, il voit d’un bon œil la constitution d’un axe Trump-Poutine dans cette zone fustigeant la politique étrangère d’Obama. Il souhaite aussi se rapprocher de l’Iran, estimant que l’Arabie saoudite n’est pas l’amie de la France (ce qui n’a pas toujours été son avis).

Retour aux valeurs traditionnelles (très catholiques)

Le candidat bénéficiant du soutien du mouvement « Sens commun » (l’émanation de la Manif pour tous au sein du parti Les Républicains) veut enfin réserver l’adoption plénière aux couples hétérosexuels, et limiter la PMA aux couples hétérosexuels infertiles. Il ne souhaite toutefois pas revenir sur le mariage homosexuel.

Autre geste en faveur de la famille nombreuse traditionnelle : la restauration de l’universalité des allocations familiales et plafond du quotient familial porté à 3 000 euros par demi-part pour soutenir les familles.

Côté éducation, le député de Paris, promet d’instaurer le port de l’uniforme à l’école : « Moi je veux une école primaire qui transmette les valeurs et les savoirs fondamentaux. Je veux une école du respect et de l’autorité symbolisés par le port de l’uniforme », déclarait-il. Autre mesure annoncée : avancer l’âge de la scolarisation obligatoire à 5 ans, la fin de l’interdiction des devoirs à la maison à l’école élémentaires et surtout la révision des programmes d’histoire au profit d’un récit national « Si je suis élu président de la République, je demanderai à trois académiciens de s’entourer des meilleurs avis pour réécrire les programmes d’Histoire avec l’idée de les concevoir comme un récit national », « une Histoire faite d’hommes et de femmes, de symboles, de lieux, de monuments, d’événements ».

Ligne dure sur immigration, sécurité, justice

François Fillon adopte aussi une ligne dure en matière de politique intérieure. L’ex-Premier ministre veut reprendre la proposition de François Hollande sur la déchéance de nationalité et retirer la nationalité aux Français partis en Syrie ou en Irak et leur interdire de revenir sur le territoire. Il entend aussi « expulser les étrangers qui présentent un danger pour la sécurité nationale et ceux qui ont été condamnés pour des faits de délinquance, ce qui revient à rétablir la double-peine ». François Fillon veut construire 16 000 places dans les prisons.

Il souhaite que la police municipale soit armée. Il propose de créer un grand ministère de l’intérieur rassemblant toutes les forces qui concourent à la sécurité : police, gendarmerie, administrations pénitentiaires, douanes. Et réformer les services de renseignements. Enfin, le candidat veut interdire les rassemblements publics que les forces de l’ordre ne seraient pas « capables de protéger ».

En matière d’immigration, François Fillon annonce la création de quotas et prévoit de ne verser des prestations qu’aux étrangers en situation régulière depuis au moins deux ans. Même ton en ce qui concerne la laïcité : « Je serais prêt à voter une loi anti-burkini car on ne peut pas laisser les maires et les policiers seuls avec leur liberté d’appréciation », avait-il déclaré en août au Monde.