Primaire à droite: Le premier tour a attiré plus de 2,5 millions de votants

POLITIQUE A midi, quelque 1,13 million de personnes avaient déjà voté, selon le « M. Primaire » du parti Les Républicains Thierry Solère…

20 Minutes avec AFP

— 

Primaire de la droite: importante mobilisation pour un premier round à suspense
Primaire de la droite: importante mobilisation pour un premier round à suspense — KONRAD K/SIPA

Suspense total après trois mois de campagne : avec une mobilisation qui s’annonce importante, le premier tour de la primaire de la droite s’est ouvert dimanche sur la promesse d’un match serré entre le trio de favoris Juppé/Sarkozy/Fillon.

Environ 10.000 bureaux de votes, qui ont ouvert à 8 heures en métropole et fermeront à 19 h 00, accueillent les citoyens français en âge de voter, disposés à verser 2 euros et à dire qu’ils partagent les « valeurs républicaines de la droite et du centre ».

>> A lire aussi: Fiscalité, sécurité, fin des 35 heures... Retrouvez les mesures phares de chaque candidat

1.13 million de votants à midi, 2,5 millions à 17h

A midi, quelque 1,13 million de personnes avaient déjà voté, selon le « M. Primaire » du parti Les Républicains Thierry Solère, ce chiffre concernant un peu plus des deux tiers des bureaux et pas les Français de l’étranger.

« Nous dépasserons les trois millions de votants » sur la journée, a-t-il prédit, soit plus que le premier tour de la primaire socialiste de 2 011 (2,66 millions). De fait, il y avait la queue devant une série de bureaux, selon plusieurs journalistes de l’AFP.

Depuis l’ouverture, « on n’a pas arrêté. Les gens savent que c’est important car le candidat choisi aura des chances d’être élu en 2 017 », soulignait la présidente d’un bureau niçois.

Deux heures avant la fermeture des bureaux de vote, le président de la commission d’organisation Thierry Solère annonçait que le premier tour avait attiré plus de 2,5 millions de votants à 17h.

Tous les candidats ont voté

Munis de leur pièce de deux euros, les candidats, dont plusieurs ont patienté dans la file tels Jean-François Copé à Meaux ou Bruno Le Maire à Evreux, ont aussi voté.

A Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet a été la première, avant François Fillon, puis Nicolas Sarkozy, accompagné de Carla Bruni, une heure plus tard dans une école du XVIe arrondissement.

Après son footing quotidien, l’ancien chef de l’Etat a affirmé qu’il allait « attendre tranquillement les résultats ».

Dernier à glisser son bulletin dans l’urne, vers midi dans son fief de Bordeaux, Alain Juppé s’est dit « zen ». Lui aussi a dû patienter longuement dans une file d’attente.

>> A lire aussi: Sarkozy grille les électeurs dans la file d'attente

Les résultats pourraient être serrés 

Ce scrutin est une grande première pour la droite française, seuls la gauche et les écologistes ayant déjà organisé des primaires. Il est d’autant plus crucial que le champion de la droite, selon les sondages actuels, aura de fortes chances de remporter la présidentielle dans un peu moins de six mois dans un duel probable avec la présidente du FN Marine Le Pen.

Les résultats pourraient être serrés. La soirée sera « très longue », pronostique le soutien d’un candidat en vue.