Menace terroriste: Jean-Luc Mélenchon lance une opération séduction envers les policiers et militaires

PRESIDENTIELLE Le candidat du Front de gauche à la présidentielle veut servir de « point d’appui » aux forces de l’ordre tentées par le vote FN…

20 Minutes avec AFP

— 

Jean-Luc Mélenchon à Paris, le 16 février 2016
Jean-Luc Mélenchon à Paris, le 16 février 2016 — Victor Point/20 Minutes

Jean-Luc Mélenchon peaufine sa statute de présidentiable. Dans un discours sur l’anti-terrorisme, trois jours avant le premier anniversaire des attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, le candidat à la présidentielle s’est adressé directement aux militaires et aux policiers ce jeudi.

>> A lire aussi : Convention de «La France insoumise»: Mélenchon expérimente d’autres formes de participation politique

Le choix de « l’extrême République »

« Nombre d’entre vous ont compris que les "pareil au même", les "pire en pire" que sont les siamois du Parti socialiste et des Républicains qui ont amené l’Etat à ce point de décomposition, qui ont gesticulé et utilisé si irresponsablement votre autorité, au point que la majorité d’entre vous n’a plus confiance en eux », a-t-il déclaré, en conclusion d’une matinée consacrée à la sécurité à son siège de campagne à Paris.

« Je récuse l’idée qu’il n’y ait qu’un recours possible, et nombre d’entre vous le savent : on peut choisir de voter pour la solution d’extrême droite dans la police et dans l’armée comme on le fait dans toute la société mais je veux qu’on sache qu’on peut aussi choisir l’extrême République que j’incarne », a-t-il développé.

« Je suis votre point d’appui ».

Reconnaissant que « c’est nouveau » dans sa « famille politique », que « des généraux, des amiraux, des colonels (…) demandent à nous rencontrer et trouvent en nous des points d’appui », il a affirmé « solennellement : je suis votre point d’appui ».

Poursuivant son argumentaire, Jean-Luc Mélenchon a dit avoir « trop souffert qu’on laisse croire que nous serions ceux qui sont les désinvoltes sur ces questions, ce n’est pas vrai, c’est le contraire, c’est nous les plus sérieux ».

« Parce que les autres, rien de ce qu’ils ont entrepris n’a marché. Tout échoue continuellement », a-t-il constaté. « Peut-être que le Président de la République a fait assassiner personnellement quatre personnes, ça ne s’est pas traduit par des résultats extraordinaires sur le terrain ici », a-t-il ajouté, en référence aux confessions de François Hollande dans Un président ne devrait pas dire ça….

Au cours de cette matinée, le mouvement « la France insoumise » créé autour de la candidature du député européen, a présenté son programme de réforme de la police, de la gendarmerie et des services de renseignements intitulé « Sécurité : retour à la raison ».