Primaire à droite: Sarkozy tacle NKM, une candidate «sympathique au demeurant»

LES REPUBLICAINS L’ex-chef de l’Etat s’est moqué de son ancienne porte-parole et actuelle rivale…

H. B. avec AFP

— 

NKM et Sarkozy en novembre 2015.
NKM et Sarkozy en novembre 2015. — WITT/SIPA

A moins de deux semaines du premier tour de la primaire de la droite, les meetings s’enchaînent… et Nicolas Sarkozy continue d’attaquer frontalement ses adversaires. En meeting ce lundi soir dans son fief de Neuilly-sur-Seine ( Hauts-de-Seine), l’ex chef de l’Etat n’a pas épargné son ancienne porte-parole et ministre, Nathalie Kosciusko-Morizet.

« L’autre jour au débat, j’ai entendu une candidate, sympathique au demeurant, [dire] : "Il faut demander l’avis des gens !" Oui, et bien si à chaque fois que tu prends une décision, tu demandes l’avis des gens, tu ne prendras pas beaucoup de décisions, crois-moi ! », a-t-il déclaré devant une foule de supporters.

Des échanges à couteaux tirés lors du deuxième débat télévisé

Des propos qui s’ajoutent à d’autres joutes verbales entre les deux candidats Les Républicains à la primaire de la droite. Nathalie Kosciusko-Morizet et Nicolas Sarkozy ont eu des échanges à couteaux tirés jeudi dernier lors du deuxième débat télévisé de la primaire de la droite.

>> A lire aussi : Sarkozy «cherche la polémique» pour être «la seule cible», estime NKM

« Ne regrettes-tu pas le Grenelle de l’environnement ? », lui avait lancé Nathalie Kosciusko-Morizet, qui l’avait déjà accusé d’avoir renié ses convictions sur l’écologie. « Je ne suis pas sûr de le refaire, mais je ne regrette pas ta nomination », lui avait alors répondu Nicolas Sarkozy. « Tu n’auras pas l’occasion ! », avait rétorqué l’ancienne ministre dans une allusion à sa possible défaite à la primaire.

« Ça fait quelque temps maintenant que nos lignes ont divergé »

« Si j’avais été réélu en 2012, je pense que Nathalie se serait fait une violence pour m’accompagner encore, avait relancé l’ex chef de l’Etat. « Est-ce que les conseillers de la campagne de 2012 t’auraient accompagné pendant le mandat ? », avait ironisé NKM, porte-parole du candidat Sarkozy en 2012. « Pas du tout, pas du tout », avait-il répondu. « Je t’ai vu de près », avait encore glissé la première à l’adresse du second, un peu de rancœur dans la voix.

>> A lire aussi : NKM assume ses désaccords avec Sarkozy

« Ça fait quelque temps maintenant que nos lignes ont divergé » avec l’ancien président, avait lancé au début du débat Nathalie Kosciusko-Morizet.