Pain au chocolat: Jean-François Copé a rencontré la boulangère qui les vend à 15 centimes

POLEMIQUE « C’est juste la France qu’on aime, celle qui rigole et qui, par ailleurs, fait de l’excellence », a déclaré le candidat à la primaire de droite…

H. B.

— 

Une boulangerie de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) a proposé ce mercredi matin des pains au chocolat à 15 centimes.
Une boulangerie de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) a proposé ce mercredi matin des pains au chocolat à 15 centimes. — Capture d'écran Twitter

L’affaire du pain au chocolat, c’est le feuilleton de la semaine. En estimant lundi sur Europe 1 qu’un pain au chocolat coûtait entre 10 et 15 centimes d’euros, Jean-François Copé s’est attiré les moqueries de milliers d’internautes. Ce mercredi matin, une boulangerie de Boulogne-Billancourt a décidé de surfer sur ce buzz en proposant, avec humour, ces viennoiseries au prix de 15 centimes la pièce… mais en miniatures.

Le candidat à la primaire de la droite, visiblement amusé par cette initiative, a personnellement appelé ce jeudi matin la patronne de la boulangerie, Virginie, pour la féliciter « d’avoir un peu égayé » cette triste polémique. Jean-François Copé l’a même rencontrée jeudi en début de soirée dans Actuality, l’émission animée par Thomas Thouroude sur France 2.

« C’est juste la France qu’on aime »

Sur le plateau de l’émission, la boulangère a expliqué comment l’idée lui était venue. « Mardi, des clients m’ont demandé avec un clin d’œil si je n’avais pas le pain au chocolat de Jean-François Copé à 15 centimes », raconte Virginie. Elle demande alors à son pâtissier d’en faire, juste pour « la décoration ». « Ce n’était pas pour les commercialiser », précise-t-elle.

Jean-François Copé, qui l’avait déjà contactée par téléphone, l’a ensuite rejointe sur le plateau pour la féliciter en personne. « Quand j’ai découvert ce que vous aviez fait, je me suis dit, "C’est juste la France qu’on aime, celle qui rigole et qui, par ailleurs, fait de l’excellence" », a lancé le maire de Meaux.

Le candidat à la primaire de droite s’est également dit très étonné de la polémique suscitée par cette petite bourde, dénonçant un déferlement de haine sur les réseaux sociaux. « Je me suis trompé de prix après une heure et demie d’émission sur Europe 1 où on a parlé des migrants de Calais et des problèmes qui concernent la France d’aujourd’hui. (…), effectivement je n’étais pas concentré sur le sujet et là, le truc nous échappe et ça devient de la folie furieuse », a-t-il conclu.