Un zeste de Balladur, une pincée de Giscard… Quelle est la recette du docteur Macron ?

POLITIQUE Le ministre de l'Economie est toujours aussi populaire dans les sondages...

T.L.G.

— 

Emmanuel Macron en novembre 2014.
Emmanuel Macron en novembre 2014. — FRANCOIS LOPRESTI / AFP

Mais pourquoi est-il aussi populaire ? Emmanuel Macron tient mardi soir à Montpellier son troisième meeting sur l’état de la France. Après « La France qui subit » à Strasbourg et « la France qui choisit » au Mans, c’est sur le thème de « la vie ensemble » que le toujours-pas-candidat à la présidentielle clôt le diagnostic issu de sa Grande marche des derniers mois.

En attendant, les mois passent, et l’ancien ministre de l’Economie caracole toujours en tête des sondages. Le dernier en date, chez Odoxa, le place au deuxième rang des personnalités suscitant le plus d’adhésions chez les Français (34 %). Mais quelle est donc la potion du docteur Macron ? 20 Minutes tente de trouver les ingrédients de sa recette.

Une cuillerée de « transgression », comme…

 

 

…Valérie Giscard d’Estaing ! Naissance privilégiée, études brillantes, passage par l’Inspection des finances, mise en scène de sa modernité… Beaucoup d’éléments semblent rapprocher les deux hommes. Mais ce qu’Emmanuel Macron emprunte peut-être le plus à son aîné est l’art de la transgression. Comme le jeune Giscard d’Estaing, « c’est un franc-tireur au sein de son propre camp, et c’est un non-conformiste dans son propre milieu », résumait Alain Duhamel dans sa tribune « Emmanuel Macron, un Giscard de gauche » il y a quelques mois.

Un zeste de « ni droite, ni gauche », comme…

 

…François Bayrou ! En avril dernier, Emmanuel Macron lance son mouvement, En Marche ! Un mouvement, précise-t-il alors, qui n’est « pas à droite » et « pas à gauche ». Une thématique que l’on retrouve dans le discours de François Bayrou depuis quelques années déjà. Et si Emmanuel Macron réalisait le vieux rêve du président du Modem, de renouveler l’offre politique avec une « majorité centrale » ?

Un soupçon d’ambition/trahison, comme…

 

…Edouard Balladur ! En 1993, Balladur et Chirac font un pacte. Au premier le poste de Premier ministre, au second le parti et la présidentielle de 1995. Deux ans plus tard, les sondages bousculent la donne. Le vent en poupe, Edouard Balladur trahit son « ami de trente ans » et se présente contre lui. Tiens, tiens… des bons sondages, une confiance trahie, et une double candidature…

Une pincée de sourire charmeur, comme…

 

 

…The Mask ! Mais si, souvenez-vous de ce personnage incarné par Jim Carrey au sourire ravageur. Comme lui, Emmanuel Macron est un habitué des coups d’éclats, capable de garder le sourire en toutes circonstances, même face à des syndicalistes agacés. « Je crois que oui, il a plutôt une belle gueule, et un sourire plutôt craquant », raillait il y a quelques mois encore Michel Sapin.