Primaire à droite: Le Centre national des indépendants et paysans soutient Sarkozy

POLITIQUE L'ancien chef de l'Etat a obtenu 56 % des suffrages exprimés...

20 Minutes avec AFP

— 

L'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy
L'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy — MIGUEL MEDINA / AFP

Nicolas Sarkozy, candidat à la primaire de la droite et du centre, a reçu ce lundi le soutien du CNIP (Centre national des indépendants et paysans), après un vote de son comité directeur.

« Le candidat Nicolas Sarkozy a obtenu 56 % des suffrages exprimés », lors d’un vote des membres du Comité directeur du CNIP réunis au Sénat pour désigner le candidat LR qu’il soutiendrait durant la campagne de la primaire de la droite et du centre qui se tiendra les 20 et 27 novembre, écrit le parti dans un communiqué.

Voter pour « ne pas se laisser "voler" ce scrutin par les électeurs de gauche »

« Le CNIP apporte donc son soutien plein et entier au candidat (LR) Nicolas Sarkozy, dès à présent, pour les 1er et 2nd tours de la primaire », ajoute-t-il.

Le CNIP précise avoir délibéré « après des échanges qui ont porté sur le libéralisme économique, la famille - le CNIP souhaitant rendre le "mariage" aux églises, temples, synagogues et mosquées pour que les élus de la République ne célèbrent plus que des "unions civiles" entre deux personnes - l’identité nationale, avec la nécessité de renforcer la loi sur la burqa proposée à l’époque par Jean-François Copé, un des premiers responsables politiques à avoir perçu la menace islamiste en France ».

« Le CNIP appelle instamment ses quelque 3.000 adhérents et sympathisants à se mobiliser pour les scrutins des 20 et 27 novembre prochains, notamment pour ne pas se laisser " voler " ce scrutin par les électeurs de gauche, quel que soit le candidat LR duquel ils se sentiraient le plus proche par ailleurs », conclut le parti dans son communiqué.

Ecarté de l’UDI

Le CNI, futur CNIP, fut créé en 1949. L’un de ses dirigeants les plus célèbres fut le président du Conseil Antoine Pinay.

Le CNI avait adhéré à l’UMP lors de sa création, avant de faire partie des membres fondateurs du rassemblement centriste de l’UDI, en 2012 puis d’en être écarté après des déclarations polémiques de son président Gilles Bourdouleix sur les gens du voyage.

Le bureau politique des Républicains (LR) a adopté en mai le principe d’une participation à sa primaire du CNIP, qui ne présente toutefois pas de candidat.