Présidentielle: La Manif pour tous délaissée par les ténors de la droite

POLITIQUE Les opposants au mariage homosexuel se sont donné rendez-vous à Paris pour une manifestation, mais peu de candidats à la présidentielle y ont participé…

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Des participants à la Manif pour tous, le 16 octobre 2016 à Paris.
Des participants à la Manif pour tous, le 16 octobre 2016 à Paris. — ERIC FEFERBERG / AFP

« Nouvelles offensives contre la famille et l’éducation. Stop, ça suffit ! ». La Manif pour tous (LMPT), née en 2012 en opposition au mariage homosexuel,battait le pavé parisien ce dimanche après-midi. Mais, contrairement aux manifestations de 2012 et 2013 qui avaient rassemblé plusieurs centaines de milliers de personnes, rares étaient les ténors de droite à se joindre ce dimanche au mouvement. La perspective de la présidentielle pourrait les avoir échaudés…

Avec ce rassemblement, LMPT souhaite pourtant peser dans le débat pour la présidentielle. « Nous entrons en campagne et nous avons des alliés partout, que ce soit parmi les politiques, les administrations que les corps intermédiaires », explique à 20 Minutes Ludovine de La Rochère, la présidente de LMPT. « Nous ne nous enfermons dans aucun parti et nous parlons à tous », précise la militante.

François Fillon au Maroc

Mais très peu de candidats à la magistrature suprême se sont déplacés ce dimanche. Seuls Jean-Frédéric Poisson (Parti chrétien-démocrate) et Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France) ont défilé sous les bannières rose et bleu. Des soutiens des prétendants à la primaire à droite ont cependant répondu présents, tels le juppéiste Hervé Mariton et les fillonistes Bruno Retailleau et Valérie Boyer.

Soutenu par « Sens commun », l’émanation de LMPT au sein du parti Les Républicains, François Fillon était au Maroc ce dimanche. Celui qui a promis de réécrire la loi ­Taubira pour y inscrire « le principe qu’un enfant est toujours le fruit d’un homme et d’une femme » a envoyé samedi un communiqué de « soutien et de sympathie » au mouvement. Jean-François Copé, qui, à la tête de l’UMP avait défilé avec LMPT en 2014, ne participait pas à la manifestation de ce dimanche. Tout comme Nicolas Sarkozy, qui a pourtant donné des gages à ce mouvement.

Difficulté de revenir sur une loi

Cette absence de ténors de la droite ne peut qu’être remarquée. « Les élus et les candidats à la primaire qui ne viennent plus manifester ont un logiciel politique qui date. Ils ont peur d’affirmer haut et fort que l’enfant a besoin d’un père et d’une mère », déplore Ludovine de La Rochère. « Ils craignent aussi d’être accusés par quelques associations LGBT d’être homophobes, radicalisés ou extrémistes. Des accusations par ailleurs ridicules », souligne la présidente de LMPT.

Cette absence pourrait être motivée par d’autres raisons. « Les principaux candidats à l’Elysée ont intégré qu’il serait difficile, en cas de victoire, de revenir sur la législation du mariage pour tous qui est perçue comme une avancée sociale pour la majorité des Français », estime Stéphane Rozès, président de Conseils, analyses et perspectives (CAP).

« Revenir sur cette loi apparaîtrait comme facteur de nouvelles divisions dans la société. Or, les candidats à la présidentielle visent au rassemblement », ajoute l’enseignant à Sciences-Po Paris et HEC. « La Manif pour tous a été un mouvement social d’ampleur mais elle est désormais en régression », juge encore le politologue, précisant que les sujets posés par LMPT ne pèseront pas bien lourd dans la campagne présidentielle.