Après ses propos sur les magistrats, François Hollande «regrette»

MEA CULPA Le président a exprimé ses regrets dans une lettre adressée au Conseil de la magistrature…

20 Minutes avec AFP

— 

François Hollande
François Hollande — ETIENNE OLIVEAU / POOL / AFP

François Hollande « regrette profondément » ses déclarations, « sans réalité avec [sa] pensée », sur la magistrature cités dans un livre paru cette semaine, ressenties « comme une blessure par les magistrats », dans une lettre adressée ce vendredi au Conseil supérieur de la magistrature et aux principaux magistrats de France.

>> A lire aussi : Après les «confidences» du président, stupeur et malaise au PS

« Je regrette profondément ce qui a été ressenti comme une blessure par les magistrats dont je mesure, chaque jour, le courage et le dévouement dans la mission difficile qui est la leur », écrit le président de la République dans une lettre également adressée à l’Union syndicale des magistrats (USM).

Des propos vécus comme une « humiliation »

Dans Un Président ne devrait pas dire ça (Stock) des journalistes Fabrice Lhomme et Gérard Davet, le chef de l’Etat avait dénoncé la « lâcheté » de juges et de procureurs qui « se planquent » et « jouent les vertueux ». Cette sortie avait été perçue par les deux plus hauts magistrats de France comme une « humiliation ».

>> A lire aussi : Les propos de François Hollande sur les juges? Une «humiliation», selon les hauts magistrats

Les propos de François Hollande « portent gravement atteinte au crédit et à la confiance que doivent avoir les citoyens dans leur justice », avaient estimé quant à eux les présidents de tribunaux et procureurs de France dans un communiqué publié jeudi.