Primaire à droite: Sur Twitter, Jean-Frédéric Poisson est sorti du (f)lot

DEBAT Entre les jeux de mots sur son nom et ses interventions parfois en décalage, le candidat du parti chrétien-démocrate a réussi à faire parler de lui…

O. P.-V.

— 

Jean-Frédéric Poisson le 13 octobre 2016 pendant le premier débat de la primaire de droite.
Jean-Frédéric Poisson le 13 octobre 2016 pendant le premier débat de la primaire de droite. — MARTIN BUREAU / AFP

Cela peut sembler improbable et pourtant, un candidat a beaucoup fait réagir sur le réseau social Twitter pendant le premier débat de la primaire de la droite jeudi soir : Jean-Frédéric Poisson. Le président du parti chrétien-démocrate n’avait pas forcément le profil adéquat pour s’attirer la sympathie des internautes, après avoir été lancé en politique par Christine Boutin, l’une des victimes favorites d’Internet. Mais de nombreuses personnes l’ont découvert à l’occasion de ce débat. 20 Minutes a résumé la soirée du député des Yvelines vu du Web.

>> A lire aussi : VIDEO. Primaire à droite: Cinq choses à savoir sur Jean-Frédéric Poisson, le candidat inconnu

Une surprise pour beaucoup de monde

Jean-Frédéric Poisson n’était pas le plus attendu ni le plus médiatisé, mais son nom s’est pourtant retrouvé en « trending topic » sur Twitter, loin devant ses rivaux. De quoi parler de « révélation » pour certains.

Le candidat a fait rire la toile par certaines de ses réponses, ou plutôt absences de réponse, comme quand il a rétorqué en première partie d’émission à la journaliste Elizabeth Martichoux qu’il répondrait à sa question une prochaine fois.

Des jeux de mots, beaucoup de jeux de mots

Forcément, le patronyme de l’élu, dont il s’amuse lui-même, a attiré les blagues et calembours de plus ou moins bonne facture. Ceci explique peut-être cette étonnante hype sur le réseau social.

Mais Jean-Frédéric Poisson n’était pas là pour faire rire avec son nom, mais pour défendre une ligne politique bien différente de celles de ses rivaux. Il était parfois plus à gauche qu’eux sur certains sujets, comme la laïcité et les 35 heures, ce qui a renforcé le contraste, et n’a pas eu besoin de se justifier pendant le passage sur les multiples affaires judiciaires.

Un candidat jugé sympathique… et très à droite

Si certains internautes ont vu en Jean-Frédéric Poisson LA révélation du fait de certaines de ses prises de positions atypiques dans un débat très sécuritaire et très libéral, le candidat a rappelé sur la fin de l’émission qu’il n’était pas là par hasard, en martelant à nouveau que selon lui « l’islam pose problème » et que « la France n’a pas vocation à devenir une société multiculturelle ».