Primaire à droite: Vers un duel Juppé-Sarkozy pour le premier débat des candidats?

POLITIQUE Le premier débat entre les sept candidats à la primaire à droite et du centre se tient jeudi soir à 21 h à la télévision et à la radio...

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, le 3 décembre 2014 à Paris.
Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, le 3 décembre 2014 à Paris. — Christophe Ena/AP/SIPA

Le premier débat entre les candidats à laprimaire à droite, jeudi soir à 21 h, virera-t-il au match Sarkozy-Juppé ? Dans une campagne dominée par les favoris des sondages, l’ancien président et le maire de Bordeaux pourraient monopoliser l’attention malgré les règles strictes de ce programme*. Jean-François Copé, François Fillon,Alain Juppé,Nicolas Sarkozy,Nathalie Kosciusko-Morizet,Bruno Le Maire et Jean-Frédéric Poisson auront, chacun, 17 minutes pour exposer leur projet. Suffisant pour changer le cours de cette campagne ? Les outsiders de la primaire comptent bien changer la donne…

>> A lire aussi : Tout savoir du premier débat entre les candidats à droite

Tant chez Alain Juppé que Nicolas Sarkozy, on s’efforce de prendre de la hauteur à l’approche de l’exercice. « On ne s’enferme pas dans un match avec Nicolas Sarkozy, car ce n’est pas le problème d’Alain Juppé », affirme-t-on dans l’équipe du maire de Bordeaux. « Ce débat est une étape parmi d’autres dans cette campagne. L’objectif, simple sur le papier, est d’être clair et concis. », continue-t-on. Cependant, personne ne s’interdit un commentaire bien senti. « L’invective est pénalisante pour celui qui la profère », rappelle-t-on religieusement, avant de souligner qu’« Alain Juppé est dans la franchise et l’authenticité de la parole ». CQFD.

« Iniquité totale de la médiatisation entre les candidats »

Dans les équipes des outsiders, le débat est attendu de pied ferme car il pourrait changer la donne de cette campagne, espère-t-on. « Pour Sarkozy, le truc étonnant serait qu’il ne soit pas bon. Pour Juppé, ce serait qu’il trébuche. Pour les autres, c’est une occasion unique de s’extraire du duel et de représenter une alternative », se réjouit un proche de Bruno Le Maire.

>> A lire aussi : Juppé tacle Sarkozy sur les référendums et son «avenir judiciaire»

Un commentaire abondé par les fillonistes. « Ce débat est austère, mais il rompt avec l’iniquité totale de la médiatisation entre les candidats de cette primaire », juge Valérie Boyer, porte-parole de François Fillon. « C’est une bonne chose car le jeu est plus ouvert que le duel installé dans les médias et les sondages », ajoute la députée LR des Bouches-du-Rhône.

« Une occasion unique de s’extraire de ce duel »

L’enjeu sera donc de se démarquer, de devenir ce candidat crédible que les militants et sympathisants pourraient découvrir. Pour Bruno Le Maire, « ce sera en exprimant sa liberté, son projet, le renouvellement qu’il incarne par rapport à un Sarkozy, Juppé ou Fillon… mais aussi par des punchlines et quelques rappels factuels à propos des autres candidats », explique un proche.

Pour François Fillon, ce sera « le sérieux des propositions. Il n’est pas un bon client pour les petites phrases », affirme Valérie Boyer. Et si quelques piques sont lancées, ce ne seront pas des attaques personnelles. « On peut dire certaines choses, commede Gaulle jamais mis en examen. Ce n’est pas une attaque personnelle, c’est une appréciation sur la fonction de président, assure Valérie Boyer. Et seule la vérité est dure à assumer. »

Et qui sait... ce débat pourrait permettre la qualification d’un candidat surprise avec la chute de l’un de deux favoris. « Pas sûr que le duel que l’on nous annonce tienne jusqu’au bout. Pour Nicolas Sarkozy, il y a les affaires, et pour Alain Juppé, son âge…», détaille-t-on dans l'une des équipes de campagne.

* Le débat de jeudi (TF1/RTL/Le Figaro) sera le premier de trois débats prévus avant le premier tour de la primaire, le 20 novembre. Les autres débats auront lieu les 3, 17 novembre et 24 novembre, juste avant le second tour de cette élection, le 27 novembre.