Primaire à gauche: Si Hollande gagne, Montebourg ne fera pas «le chauffeur de salle»

PRESIDENTIELLE « Je dirai à titre personnel ce que je ferai. Mais je n’irai pas au-delà », a déclaré l’ancien ministre du Redressement productif…

20 Minutes avec AFP

— 

Arnaud Montebourg au Mont Beuvray.
Arnaud Montebourg au Mont Beuvray. — PHILIPPE DESMAZES / AFP

Arnaud Montebourg, mauvais perdant ? Le candidat à la primaire de gauche a indiqué ce mardi qu’il ne participerait pas à la campagne de François Hollande en 2017, si ce dernier sollicitait un second mandat à l’Elysée et remportait la primaire initiée par le PS.

« Quand on accepte un processus de rassemblement et de primaire, on en accepte toutes les règles. Donc j’accepterai le résultat. Je ne vous dis pas que je serai en première partie chauffeur de salle. Je l’ai déjà fait, je vois ce que ça a donné », a déclaré Arnaud Montebourg sur France Info.

>> A lire aussi : Arnaud Montebourg règle ses comptes avec François Hollande

« Je me tairai, je rentrerai dans ma Saône-et-Loire natale, j’irai cultiver mon jardin »

La primaire, « j’en accepterai le résultat. Je ne serai pas candidat au-delà. Je me tairai, je rentrerai dans ma Saône-et-Loire natale, j’irai cultiver mon jardin », a ajouté l’ancien ministre de François Hollande (2012-2014).

« Je dirai à titre personnel ce que je ferai. Mais je n’irai pas au-delà. Ça s’appelle accepter un résultat et se plier à une règle commune. Mais ne comptez pas sur moi pour refaire ce que j’ai fait en 2011 et 2012 », a insisté Arnaud Montebourg, qui s’était rallié à François Hollande face à Martine Aubry entre les deux tours de la primaire de la gauche en 2011.

>> A lire aussi : Montebourg veut baisser les impôts de 10 milliards et promet 500.000 chômeurs de moins

Arnaud Montebourg, qui a annoncé sa candidature à l’Elysée fin août, a officialisé, après avoir laissé planer le doute, sa participation à la primaire initiée par le PS. « Je préfère qu’on ait une stratégie de lutte contre l’émiettement. Ce qui nous permettra de gagner, car je pense que nous pouvons gagner en 2017, c’est le rassemblement des forces de gauche et le fait que l’on tourne la page de ce quinquennat. En même temps. »