Présidentielle 2017: Chômage et sécurité au centre des préoccupations des Français

SONDAGE Les personnes sondées placent en tête « le terrorisme » à 50 % devant « le niveau du chômage » à 45 %…

20 Minutes avec AFP

— 

Illustration d'un bureau de vote
Illustration d'un bureau de vote — FRED SCHEIBER / 20 MINUTES

A quelques mois du scrutin présidentiel, les sondages se multiplient. L’un des derniers en date, réalisé par Elabe*, montre que les Français sont avant tout préoccupés par la sécurité et les questions économiques et sociales.

Interrogé sur « les grands sujets auxquels la France est confrontée », les Français placent en tête « le terrorisme » (50 %) devant « le niveau du chômage » (45 %). Suivent «  l’immigration », pour 31 % d’entre eux, devant « les inégalités, les injustices sociales » (29 %), selon cette enquête pour la Fondation Jean-Jaurès (proche du PS).

Des préoccupations sociales, sécuritaires et identitaires

La question économique et sociale reste centrale pour les personnes interrogées, qui placent ensuite « l’avenir de la protection sociale » (28 %) et « le manque d’activité économique » (23 %). Les préoccupations sociales, sécuritaires et identitaires alternent encore avec « la délinquance », « l’avenir du droit du travail » et « le niveau des dépenses publiques et sociales » à 22 %, devant « la place de l’islam » et « le niveau des impôts » (18).

>> A lire aussi : Selon un sondage, près de huit Français sur dix ne veulent pas de Sarkozy comme président

L’économie et l’emploi, avec un total de 68 % de citations, et la sécurité, 67 %, font ainsi jeu égal dans les préoccupations des Français, selon cette enquête. Les personnes interrogées se situant «  à gauche » ou « très à gauche » se positionnent plus sur l’économie et l’emploi (77 %) et le social (69 %), devant la sécurité (64 %). Celles « à droite » ou « très à droite » sur la sécurité (74 %), l’immigration et l’islam (63 %), devant l’économie et l’emploi (57 %).

* Enquête réalisée en ligne du 21 juin au 4 juillet 2016 auprès d’un échantillon de 2 001 personnes de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.