Budget 2017: L'Etat dépensera 7,4 milliards nets de plus qu'en 2016

FINANCES Dans le détail, la totalité de la dépense prévue passera de 374,3 milliards d’euros en 2016 à 381,7 milliards l’an prochain…

20 Minutes avec AFP

— 

Le ministère du Budget à Bercy.
Le ministère du Budget à Bercy. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Les finances de l’Etat devraient être davantage sollicitées en 2017. La France devrait dépenser 7,4 milliards d’euros nets de plus en 2017 qu’en 2016, en raison des mesures destinées à financer les nouvelles priorités, comme la lutte contre le terrorisme, a annoncé ce mercredi le ministère des Finances lors de la présentation du projet de budget pour l’an prochain.

Le déficit budgétaire de l’Etat, l’une des trois composantes du déficit public, avec ceux de la Sécurité sociale et des collectivités locales, devrait néanmoins légèrement reculer, pour atteindre 69,3 milliards d’euros, après 69,9 milliards d’euros cette année, a précisé Bercy.

Les recettes devraient aussi augmenter

Dans le détail, la totalité de la dépense prévue pour l’Etat passera de 374,3 milliards d’euros en 2016 à 381,7 milliards l’an prochain. Les recettes devraient elles aussi augmenter, passant de 301,7 milliards à 307 milliards, avec notamment une hausse attendue de 4,4 milliards d’euros des rentrées de TVA (taxe sur la valeur ajoutée).

Parmi les missions prioritaires de l’Etat, l’éducation se verra dotée de 3 milliards d’euros supplémentaires, avec notamment plus de 11.000 créations de postes. Le ministère de l’Emploi bénéficiera d’une rallonge de 2 milliards d’euros et la sécurité de 2 milliards d’euros également, avec par exemple 2.100 effectifs supplémentaires à la Justice et 1.746 à l’Intérieur. Le ministère de l’Economie et des Finances devra lui se serrer la ceinture : il perd notamment 1.540 postes.

>> A lire aussi : «L'héritage va être terrible»? affirme l'opposition

En incluant les comptes de la Sécurité sociale et des collectivités locales, la dépense publique totale devrait progresser de 1,6 %, d’après les calculs du ministère. Le gouvernement, malgré tout, assure qu’il tiendra son objectif de réduction du déficit public, qui englobe donc les comptes de l’Etat, mais aussi de la Sécurité sociale et des collectivités locales, à 2,7 % du produit intérieur brut (PIB).