Libye: Un carnet recense le financement libyen de Sarkozy en 2007

LIBYE Le carnet de notes a été saisi par la justice...

C. A.

— 

Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi, le 10 décembre 2007 à l'Elysée
Nicolas Sarkozy et Mouammar Kadhafi, le 10 décembre 2007 à l'Elysée — JOBARD/SIPA

Un simple petit carnet de notes pourrait constituer la première preuve tangible de versements libyens pour la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.

Ce mardi, Mediapart révèle que dans ce carnet, qui appartenait à l’ancien ministre du Pétrole libyen Choukri Ghanem (2006-2011), est évoqué le versement de 6,5 millions d’euros à l’ancien chef de l’Etat français.

« Au moins » 6,5 millions d’euros transférés

Ces notes, dont l’existence a été confirmée au Monde par une source judiciaire, sont actuellement entre les mains de la justice française. Choukri Ghanem, qui a fui le régime en 2011, aurait consigné dans ce cahier le compte-rendu de réunions au cours desquelles des membres haut placés du régime auraient évoqué les sommes accordées au futur président de la République française.

Mediapart revient notamment sur une réunion datée du 29 avril 2007 lors de laquelle Bachir Saleh, le directeur de cabinet du « Guide » libyen et patron de l’un des fonds souverains du pays, le Libyan Africa Portfolio (LAP), dit avoir transféré 1,5 million d’euros au candidat UMP le fils de Mouammar Kadhafi, Saïf al-Islam, 3 millions d’euros, et Abdallah Senoussi, le chef des services secrets intérieurs libyens, la somme de 2 millions d’euros.

Selon les calculs de Mediapart, « au moins » 6,5 millions d’euros qui auraient donc été transférés de Tripoli jusqu’à Paris.

Un financement de 50 millions ?

Au lendemain de la publication par Mediapart d’un document officiel libyen, qui « prouve qu’on est en présence d’une affaire d’Etat », Choukri Ghanem alors en exil en Autriche, a été retrouvé noyé le 29 avril 2012 dans le Danube, à Vienne. La police autrichienne a conclu à une mort accidentelle consécutive à une crise cardiaque mais la date de son décès pose question.

Ce document, qui date de 2006, évoque l’accord de principe de la Libye pour financer à hauteur de 50 millions d’euros la campagne électorale de Sarkozy. L’authenticité de ce document a toujours été démentie par Nicolas Sarkozy, qui avait attaqué Mediapart en 2012 pour faux et usage et de faux. La justice avait alors tranché en faveur du pure player, estimant que le document n’a pas été falsifié.

Depuis 2013, les juges financiers enquêtent sur ce possible financement illégal après les accusations de l’homme d’affaires Ziad Takieddine.