VIDEO. «On ne peut pas garder 29 % d’une communauté tentée par la charia», estime Nicolas Sarkozy

IDENTITE Pour le candidat à la primaire de la droite, « l’intégration républicaine n’a pas fonctionné, ne fonctionne pas »…

20 Minutes avec AFP

— 

Nicolas Sarkozy, au Touquet, samedi 27 août.
Nicolas Sarkozy, au Touquet, samedi 27 août. — DENIS CHARLET / AFP

L’identité est l’un des thèmes phares de sa campagne, et il l’a encore prouvé ce lundi matin.  Nicolas Sarkozy a réaffirmé son objectif d'« assimilation » de l’immigration jugeant, en s’appuyant sur une récente étude de l’Institut Montaigne, qu’on ne pouvait pas « garder » en France « 29 % d’une communauté qui se trouve tentée par la charia ».

« La dernière étude d’une fondation privée, l’Institut Montaigne, est extrêmement préoccupante » : « un quart des plus jeunes musulmans sont tentés par une forme de radicalité ». « Il n’y a aucune hystérie là-dedans », a déclaré le candidat à la primaire de droite et du centre sur Europe 1.

>> A lire aussi : Qu'est-ce qui se cache derrière les 28% de musulmans «ultras»?

« L’intégration républicaine n’a pas fonctionné »

« La réalité est là : l’intégration républicaine n’a pas fonctionné, ne fonctionne pas, il faut passer à l’assimilation. On ne peut pas garder 29 % d’une communauté qui se trouve tentée par la charia, ou alors on est irresponsable », a poursuivi le candidat à l’Elysée via la primaire de la droite (20-27 novembre). « Cet amalgame (entre musulmans et terroristes) est scandaleux, mais tous les amalgames (le sont) ! Parce que l’hystérie que j’observe, c’est que quand on prononce le mot islam on est immédiatement accusé d’être islamophobe. C’est pas de l’hystérie ça ? »

Dans une enquête pour l’Institut Montaigne, l’Ifop évalue à 28 % la proportion de croyants qui ont « adopté un système de valeurs clairement opposé aux valeurs de la République », s’affirmant « en marge de la société ».