«L'émission politique»: «Mon inclination naturelle est d'aller aux primaires», dit Montebourg...

LIVE Revivez la soirée politique avec Arnaud Montebourg en notre compagnie...

Anne-Laëtitia Béraud et T.L.G.

— 

Arnaud Montebourg, sur le plateau de l'«Emission politique» jeudi 22 septembre.
Arnaud Montebourg, sur le plateau de l'«Emission politique» jeudi 22 septembre. — France 2

L'ESSENTIEL

  • Arnaud Montebourg est l'invité politique du deuxième numéro de l'émission.
  • 20 Minutes vous fait vivre les moments forts de l'émission et fera la désintox des propos du candidat en temps réel

A LIRE AUSSI

>> A lire aussi : Présidentielle: Montebourg 2011 VS Montebourg 2016, le match

>> A lire aussi : «L'Emission politique»: La méthode France 2 pour passer les politiques sur le gril

>> A lire aussi : Présidentielle 2017: Montebourg veut baisser les impôts de 10 milliards et promet 500.000 chômeurs de moins

 

22h53: C'est la fin de ce live, merci de l'avoir suivi avec nous.

 

 

22h40: Montebourg accusé par un journaliste d'avoir fait «peu de propositions nouvelles»

 

Pourtant, avant l'émission, son directeur de campagne, François Kalfon annonçait que son candidat allait s'aventurer sur des terrains où on l'attend moins. «Il va faire des propositions décoiffantes sur la laïcité, l'éducation». A dire vrai, notre brushing aura peu bougé.

Arnaud Montebourg a toutefois précisé qu'il allait dans les prochaines semaines faire des propositions sur le logement, l'éducation, la santé et la place de la France dans l'Europe.

22h34 : La guerre en Irak et Syrie, « nous a conduit à être belligérants »

 

«C'est une guerre qui nous a conduits à être belligérants bien avant les attentats. Nous devrions davantage associer les pays arabes concernés. «Nous devons maintenant aller jusqu'au bout et éradiquer Daesh», ajoute-t-il toutefois. L'ancien ministre veut associer «davantage de pays arabes» dans la coalition.

22h32: «L'opération Serval était une bonne opération»

 

EXPLICATION

La mission de l'opération Serval lancée en janvier 2013 au Mali visait à lutter contre les groupes djihadistes. L'opération a été «parfaitement accomplie», avait expliqué Hollande lors de son allocution aux armées à la veille du défilé du 14 juillet 2014.

Pour autant, plusieurs spécialistes avait nuancé ce succès de l'opération française.

 

22h26: Léa Salamé accuse Montebourg d'être isolé, ses partisans répondent sur Twitter

 

22h20: Montebourg interrogé sur l'islam et le burkini

«L'islam, est, comme toutes les religions, compatible avec la République.» A propos du burkini, que Davis Lisnard a interdit à Cannes cet été, Arnaud Montebourg avait expliqué sur France 2 le 22 août que c'était une « affaire subalterne ».

Il précise ce soir sa pensée: «Je désapprouve le burkini car il symbolise l'assouvissement de la femme et c'est contraire aux valeurs de la République. Mais allons-nous interdire tout ce qui nous dérange et nous incommode ? Pour un accoutrement de bain, on va changer la constitution comme le propose Nicolas Sarkozy ? Je trouve ça curieux»
 

22h16 : Montebourg accusé d’avoir changé plusieurs fois d’avis

Interrogé sur ses convictions et son parcours politique, Arnaud Montebourg affirme qu’il a toujours les mêmes convictions. Mais en 2005 au traité sur la constitution de l’Europe, il a voté «non», avant de rejoindre en 2007 la socialiste Ségolène Royal, qui était pro-«oui». En 2008, il soutient Martine Aubry. «Troisième homme» de la primaire socialiste en 2011, il rentre en 2012 au gouvernement de Jean-Marc Ayrault.

 

20 Minutes s’était amusé à faire le match des Montebourg dans un article, Montebourg 2016 contre le Montebourg 2011

 

22h15 : Montebourg face au maire LR David Lisnard

 

EXPLICATION.

Qui est David Lisnard, le maire qui va interroger Arnaud Montebourg ?

 

David Lisnard est maire Les Républicains de Cannes. Il s’est illustré cet été en prenant un arrêté « anti-burkini », créant la polémique. Il a réfuté les accusations d’islamophobie, il affirme se battre contre la montée du « radicalisme islamiste ». Dans la primaire à droite, il a choisi de ne pas se prononcer pour tel ou tel candidat, de par son rôle d’organisateur de la primaire dans les Alpes-Maritimes.

22h14: «Mon inclination naturelle est d'aller aux primaires»

 

Arnaud Montebourg refuse toutefois de répondre à sa participation à la primaire. «Dès que je connaîtrais les conditions» des primaires, demandant des «conditions

22h12 : « J’ai sauvé 5.000 emplois à Saint-Jean-de-Maurienne »

VERIFICATION. A moitié vrai.

Arnaud Montebourg gonfle un peu les chiffres. Alors ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg a œuvré dans le dossier dans la reprise de l’usine de fabrication d’aluminium de Rio Tinto Alcan par l’allemand Trimet en 2013. Le site de Saint-Jean-de-Maurienne comptait alors, selon Le Figaro, environ 470 salariés, auxquels environ 2000 emplois indirects.

 

22h10: «Mon inclination naturelle est d'aller aux primaires»

 

Arnaud Montebourg refuse toutefois de répondre à sa participation à la primaire. «Dès que je connaîtrais les conditions» des primaires, demandant des «conditions loyables et équitables».

22h05 : Arnaud Montebourg interrogé sur Alstom

EXPLICATION.

Arnaud Montebourg peut se targuer d’avoir en partie réussi à imposer ses vues sur le dossier Alstom en 2014, en parvenant à conclure un accord avec Bouygues pour que l’Etat devienne, à terme, l’actionnaire principal de la société. Et ce, même si pour cela, il a dû se résoudre à ce que l’Américain General Electric entre au capital d’Alstom -une option qui n’avait pas sa préférence.

Le 14 septembre à Rennes, l’ancien ministre de l’Économie Emmanuel Macron a égratigné l’action d’Arnaud Montebourg, soulignant que « des promesses intenables » concernant le groupe Alstom avaient été faites.

>> A lire aussi : VIDEO. Alstom: La petite victoire d’Arnaud Montebourg

Arnaud Montebourg a lui régulièrement accusé le gouvernement de savoir la mauvaise situation de l'entreprise d'Alstom à Belfort.

 

22h00: Arnaud Montebourg souhaite réserver 80% des marchés publics aux PME

Arnaud Montebourg (PS) souhaite réserver, pendant une période de huit ans, 80% des marchés publics aux PME travaillant sur le sol français.

EXPLICATION.

Qu’en est-il aujourd’hui ? 

La part des PME dans les marchés publics représentait en 2013 58,3 % du nombre total des marchés publics recensés et 27,2 % de leur montant global, assurait un rapport parlementaire en octobre 2015.

Cela est-il juridiquement possible ?

NON. Réserver des marchés aux entreprises françaises irait à l’encontre des traités européens au nom du principe «de la concurrence libre et non faussée». Arnaud Montebourg l’avait d’ailleurs reconnu lui-même, expliquant préférer payer les amendes de la Commission européenne «plutôt que laisser mourir l'économie française».

>> Lorsqu’il était encore ministre, il répondait ainsi à une question d’un sénateur. «Les traités européens comportent un principe de non-discrimination, notamment en fonction de la nationalité. C'est un principe fondamental du droit de l'Union européenne qui rejoint celui de l'égalité de traitement des candidats à un marché public. Ce dernier constitue l'un des fondements du droit de la commande publique ».

21h55: La CSG, qu'est-ce que c'est? 

 

EXPLICATION.

Les «pauvres» paient eux aussi des impôts sur leurs revenus, à travers la CSG, la contribution sociale généralisée, dont les recettes sont affectées aux dépenses sociales (maladie, famille, vieillesse). Cet impôt taxe tous les revenus -salaire, revenu d’activité non salarié, allocation retraite, allocation-chômage, revenus du capital, y compris les plus-value à un taux de 8%. Seuls les retraités les plus modestes et les bénéficiaires de certaines allocations comme le RSA n’acquittent pas de CSG.

 

Mais ce n’est pas tout. Car au-delà de ces impôts sur les revenus, d’autres prélèvements obligatoires existent: les impôts sur le capital (taxe foncière, impôt sur la fortune, etc), les cotisations sociales et les impôts sur la consommation (TVA notamment). Or, ces deux derniers impôts pèsent beaucoup plus lourdement sur les revenus bas que sur les hauts revenus.

21h52: Montebourg annonce une baisse des impôts pour les classes moyennes et les pauvres

Arnaud Montebourg promet d’annuler l’ensemble des hausses d’impôts du quinquennat de François Hollande pour les classes moyennes et populaires. Cette mesure coûterait 50 milliards d’euros, selon France 2. Cette baisse des impôts, de 10 milliards d'euros sur tous les leviers – impôt sur le revenu, CSG, impôts locaux... – pour les classes moyennes et populaires victimes de l'austérité fiscale

 

21h49: Arnaud Montebourg interrogé sur ses propositions économiques

21h45: Arnaud Montebourg veut en finir avec la règle des 3%

 

EXPLICATION.

D’où vient la règle des 3 % ?

Depuis quelques années, la Commission européenne rappelle les pays membres à cette règle : faire revenir le déficit public au-dessous des 3% du PIB, imposé par le pacte de stabilité et de croissance. Cette règle des 3% date de 1982. Guy Abeille, chargé de mission à la direction du Budget en 1982, explique dans ce documentaire (ci-dessous), comment il a imaginé ce chiffre de 3% en à peine une heure sur un coin de table.

Le chiffre sera finalement repris dix ans plus tard dans le traité de Maastricht et servira de référence pour les calculs de réduction de la dépense publique.


Peut-on s’affranchir de la règle des 3% ?

Dans les faits, le déficit public français n’est plus passé sous cette barre fatidique depuis 2007. La France a déjà obtenu deux délais de deux ans, en 2013 et en 2015, pour repasser sous la barre des 3%. La Commission européenne a exclu début septembre toute nouvelle rallonge pour Paris.

La proposition d’Arnaud Montebourg est contraire à tous les traités européens signés par la France depuis 25 ans. «La question avec l’UE doit être traitée politiquement. Nous avons à reprendre notre destin en main. En effet, il y aura une confrontation avec Bruxelles », expliquait-il récemment au JT de France 2.

Le gouvernement a lui promis de ramener le déficit public sous la barre fatidique des 3% du PIB en 2017.

21h42: «Il va falloir aller casser un peu de vaisselle à Bruxelles»

 

Arnaud Montebourg s'en prend à l'Union Européenne. «Il va falloir aller casser un peu de vaisselle à Bruxelles. Ca suffit l'austérité!»?, et ajoute vouloir s'allier «avec tous ceux qui ont été étrillés par l'austérité  les italiens, les espagnols, les portugais, nous-même. Nous avons les moyens de bloquer la course à l'austérité».

 

21h38: Le bilan industriel d'Arnaud Montebourg en tant que ministre

 

EXPLICATION. Quel est son bilan pour sa défense de l’industrie française ?

 

En 27 mois, le ministre aura eu du mal à enrayer la désindustrialisation engagée dans le pays. En août 2014 Les Echos, indiquaient que 263 usines avaient fermé en 2013, soit un peu plus que l’année précédente. En 2014, 217 usines avaient fermées, contre 136 seulement créées.

Le site francetvinfo avance quelques chiffres marquants. L’Insee indique que la production manufacturière a reculé de 2% entre l’été 2012 et l’été 2013, avant de se stabiliser entre 2013 et 2014.  Mais de manière générale, l’industrie française a perdu 34 600 emplois entre l’été 2012 et l’été 2013, puis 30 500 l’année suivante.

 

Par ailleurs près de 4 000 entreprises industrielles se sont déclarées défaillantes chaque année entre 2012 et 2014. Plusieurs usines emblématiques ont fermé pendant qu’Arnaud Montebourg était ministre : la raffinerie Petroplus, l’usine Goodyear d’Amiens-Nord, les hauts-fourneaux d’ArcelorMittal et le site PSA d’Aulnay-sous-Bois dont il est question ici.

21h30: Arnaud Montebourg face à un ancien syndicaliste de PSA Aulnay

 

 

21h36: «En Allemagne, la fin du nucléaire a signifié le retour du charbon, ce qui fait de l'Allemagne le pays le plus pollueur d'Europe».

 

VERIFICATION. VRAI ET FAUX

Selon les chiffres de l'Agence européenne de l'environnement en 2013, l’Allemagne est le pays le plus polluant d'Europe en termes des émissions polluantes, avec 760 millions de tonnes d’émissions de CO2. Le pays utilise des centrales thermiques utilisant le charbon, très polluant. Mais, comme le souligne le Réseau «Sortir du nucléaire», le lien de cause à effet exprimé par Arnaud Montebourg est faux. Il n'y pas, sémantiquement, de «retour au charbon», car cette expression laisse entendre que l'Allemagne, avant la décision de sortie du nucléaire, n'aurait plus eu recours à cette source d'énergie qu'elle n'a exploite depuis plusieurs siècles. De plus, l'arrêt des centrales n'a pas été compensé par le charbon, mais par le développement des énergies renouvelables (qui couvrent actuellement 30% de la consommation allemande d'électricité). S'il y a eu en 2013 un rebond dans le recours au charbon en Allemagne, celui-ci est venu remplacer le gaz, moins polluant mais plus cher. Ce report du gaz vers le charbon n'est pas lié à la fermeture des centrales, mais résulte de la chute des prix du charbon sur le marché mondial et du bas prix de la tonne de CO2 sur le marché européen du carbone.

21h19: Pour Arnaud Montebourg, le nucléaire est un «mal nécessaire»

 
Arnaud Montebourg est interrogé par une militante de Sortir du nucléaire sur une phrase du ministre, qui estimait que le nucléaire etait «filière d'avenir».
 
EXPLICATION.
Alors qu'il était  ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg a affirmé sur BFMTV en 2012 que «le nucléaire est une filière d'avenir» tout en reconnaissant qu'il fallait qu'il soit «rééquilibré». Pour le candidat socialiste, le nucléaire est un élément important du «patriotisme économique».

 

«La priorité», pour le ministre, «c'est de sortie des énergies fossiles et nous avons besoin pour cela du nucléaire», pointant du doigt l'Allemagne.
 

21h13: Montebourg évoque son «service national» pour les jeunes

 

EXPLICATION. Arnaud Montebourg propose la création d'un «service national» afin de «soulager les policiers». Cette proposition a déjà été évoquée dans le programme d’Arnaud Montebourg, soit «un service national, civil et militaire égalitaire et universel obligatoire d'une durée de six mois». 

 

Mais peut-on rétablir ce service militaire ? Cette proposition pose problème: outre le fait que les armées n’ont plus les structures ou les moyens pour accueillir les jeunes, le problème vient aussi de l’argent. En 2008, l’ancien ministre de la Jeunesse Luc Ferry explique dans le rapport «Pour un service civique» qu’un appelé coûtait l’équivalent de 7.895 euros en 1995. Soit l’équivalent d’1,6 milliard d’euros par an pour le ministère de la Défense. Difficilement imaginable dans le contexte de réduction des budgets.

21h10: Arnaud Montebourg contre le maintien de l'Etat d'Urgence

 
«Si j'étais président, je ne crois pas que je prolongerais l'état d'urgence», assure-t-il.
 

EXPLICATION. L’état d’urgence, régime d’exception créé pendant la guerre d’Algérie, est en vigueur depuis les attentats du 13 novembre. Le 20 juillet 2016, il a été prolongé pour la 4e fois par le Parlement. 

21h05: Arnaud Montebourg fustige un éventuel «Guantanamo à la Française»

 

EXPLICATION. Le candidat parle également «d'emportement» en évoquant la proposition de Nicolas Sarkozy d'interner les personnes fichées S «peut-être 1.000 personnes», ce qui créerait, un «Guantanamo à la Française», juge Montebourg.

Pour rappel, le Conseil d’Etat s’était prononcé sur le sujet le 23 décembre 2015 : « Au plan constitutionnel et au plan conventionnel, il n’est pas possible d’autoriser par la loi, en dehors de toute procédure pénale, la rétention, dans des centres prévus à cet effet, des personnes radicalisées, présentant des indices de dangerosité et connues comme telles par les services de police, sans pour autant avoir déjà fait l’objet d’une condamnation pour des faits de terrorisme ».

21h05 : Arnaud Montebourg estime «nécessaire» l'accueil de réfugiés

L’accueil des réfugiés est « nécessaire » insiste le candidat socialiste. Arnaud Montebourg rend hommage aux maires qui accueillent des réfugiés et notamment à la maire de Paris, Anne Hidalgo. Pour ce qui est des modalités, l'ancien ministre est plus flou. Il souhaite faire reposer l'accueil des personnes «aux bonnes volontés de ce pays».

 

21h00: Question sur la vente des Rafales

Arnaud Montebourg salue la vente récente de 36 avions à l'Inde.

 

20h56: C'est parti !!!!!

20h20: N'hésitez pas à participer dans les commentaires, on tentera de répondre à vos questions.

20h15: En plateau, c'est la fin des répétitions

 

20h00: Après Nicolas Sarkozy, Arnaud Montebourg est le deuxième invité de «L'émission politique» sur France 2. Suivez avec l'émission du candidat socialiste à la présidentielle 2017. Arnaud Montebourg «va être dans l'approfondissement des thématiques abordées jusqu'à présent, sur les sujets économiques et sociaux», a assuré un fidèle, le député Patrice Prat (ex-PS). L'ancien ministre de l'économie devrait égrenner les propositions de son projet France.