«Nos ancêtres, les Gaulois», Alain Juppé regrette la «nullité du débat politique»

POLEMIQUE « Et si l’on parlait d’avenir ? » a proposé le candidat à la primaire à droite…

20 Minutes avec AFP

— 

Le candidat de la primaire de la droite et du centre Alain Juppé
Le candidat de la primaire de la droite et du centre Alain Juppé — JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

Alain Juppé est un homme porté vers l’avenir. Le candidat à la primaire de la droite et du centre a regretté ce jeudi la « nullité du débat politique », visant la déclaration sur les « Gaulois » de Nicolas Sarkozy, son principal concurrent pour le scrutin organisé par Les Républicains (les 20 et 27 novembre).

>> A lire aussi : Quels sont les candidats? Qui peut voter et où?... Mode d'emploi

« Nullité du débat politique que soulèvent certains à droite et à gauche : on débat des Gaulois !! Et si l’on parlait d’avenir », écrit, dès 06 h 30 du matin, l’ancien Premier ministre sur Twitter.

« L’origine », « ça devient une obsession » pour Nicolas Sarkozy

Nicolas Sarkozy a provoqué de nombreuses réactions en affirmant, lors d’un meeting lundi à Franconville dans le Val d'Oise : « Nous ne nous contenterons plus d’une intégration qui ne marche plus, nous exigerons l’assimilation. Dès que vous devenez Français, vos ancêtres sont Gaulois ».

>> A lire aussi : Nicolas Sarkozy se fait reprendre par des profs d’histoire

Sur LCI ce matin, François Bayrou, le président du MoDem, a jugé que le mot d’Alain Juppé était « juste ». Il a lui aussi déploré que « pour définir l’identité de la France on ne regarde pas vers l’avenir, on regarde vers l’origine », concluant que pour Nicolas Sarkozy, « ça devient une obsession ».

La campagne officielle de la primaire des Républicains a débuté ce mercredi. Outre Juppé et Sarkozy, François Fillon, Bruno Le Maire, Jean-François Copé, Nathalie Kosciusko-Morizet et Jean-Frédéric Poisson sont candidats.