Régimes spéciaux: les propositions faites mardi sont «les dernières» pour François Fillon

RETRAITES Le gouvernement n’ira pas plus loin...

D'après AFP

— 

François Fillon a exhorté mardi les députés UMP à "une très grande solidarité" avec le gouvernement et les a prévenus qu'ils allaient devoir "attacher leurs ceintures" face aux turbulences sociales de novembre, selon des participants à la réunion du groupe UMP.
François Fillon a exhorté mardi les députés UMP à "une très grande solidarité" avec le gouvernement et les a prévenus qu'ils allaient devoir "attacher leurs ceintures" face aux turbulences sociales de novembre, selon des participants à la réunion du groupe UMP. — Mehdi Fedouach AFP/Archives

Les propositions faites mardi aux partenaires sociaux pour obtenir un accord sur la réforme des régimes spéciaux de retraite sont «les dernières» car «le gouvernement est allé au bout de ce qui est possible», a déclaré mercredi François Fillon.

Le ministre du Travail Xavier Bertrand «a présenté un nouveau document qui est notre ultime proposition», a expliqué le Premier ministre sur Europe 1. Un texte à prendre ou à laisser.

Non négociables

«Je le dis tout de suite, il n'y en aura pas d'autres, c'est la dernière, on ne peut pas aller plus loin», a-t-il insisté. Le passage à quarante annuités, le principe de la décote et l'indexation des pensions sur les prix sont les trois points non négociables de la réforme.

Le document transmis par Xavier Bertrand n’a pas vraiment conquis les syndicats, plutôt dubitatifs mardi soir.

«Pas du genre à céder»

Mais François Fillon n'envisage pa de reculer: «Il faut se mettre à la place des gens qui luttent pour maintenir un avantage ou ce qu'ils considèrent comme un avantage acquis. Ils ont toujours vu les gouvernements céder», a fait valoir le chef du gouvernement.

«On va le faire (réformer les régimes spéciaux) et j'ai déjà démontré dans le passé que j'étais pas du genre à céder», a-t-il ajouté.

«Dans le passé, j'ai déjà montré que j'étais prêt à affronter des crises et même une certaine impopularité.»