Plusieurs médias dénoncent la censure du FN envers Mediapart et «Quotidien»

MEDIAS Le parti de Marine le Pen filtre les journalistes qu'il souhaite à ses réunions publiques...

20 Minutes avec AFP
— 
Marine Le Pen entourée de drapeaux français, à Brachay, le 3 septembre.
Marine Le Pen entourée de drapeaux français, à Brachay, le 3 septembre. — FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Les sociétés de journalistes (SDJ) de plusieurs rédactions, dont Radio France, Le Figaro, France 2 ou Le Monde, ont dénoncé ce vendredi la « censure médiatique » du Front national qui a refusé d’accréditer le site Mediapart et l’émission « Quotidien » aux « Estivales de Marine Le Pen » ce week-end.

« A l’orée de la campagne présidentielle, il est inquiétant de voir un parti politique pratiquer la censure médiatique. Tous les responsables politiques, qui plus est lorsqu’ils postulent à la fonction suprême, doivent être conscients qu’il est inacceptable en France d’exclure des journalistes d’un rassemblement politique », déplorent ces SDJ dans un communiqué.

« Ces interdictions violent la liberté de la presse »

« Le Front national n’en est pas à son coup d’essai. Depuis de nombreuses années, il a pris l’habitude de choisir les médias et les journalistes autorisés à couvrir ses activités et sa campagne électorale. Ces choix et ces interdictions violent la liberté de la presse », dénoncent les journalistes.

Les SDJ de Canal +, du Parisien, de Radio France, d’iTELE, de L’Obs, de l’AEF (Agence Education Formation), du Figaro, de Libération, de Courrier International, de France 2, du Monde et des Echos demandent « une rectification rapide de cette anomalie, et que ces interdictions ne se reproduisent plus dans le futur ».