Terrorisme: 58% des Français font confiance à Alain Juppé

SONDAGE Alors que Nicolas Sarkozy et Manuel Valls martèlent leur position sur le terrorisme, c’est le maire de Bordeaux qui rassure le plus selon un sondage…

O. G. avec AFP

— 

Alain Juppé, maire de Bordeaux et candidat à la primaire des Républicains lors des assises du Produire en France à Reims vendredi 9 septembre 2016.
Alain Juppé, maire de Bordeaux et candidat à la primaire des Républicains lors des assises du Produire en France à Reims vendredi 9 septembre 2016. — SIPA

Tous évoquent la menace terroriste, mais celui qui rassure le plus les Français c’est Alain Juppé. Le candidat à la primaire des Républicains et maire de Bordeaux est en tête des personnalités auxquelles les Français font confiance « pour garantir la sécurité des Français face à la menace terroriste », selon un sondage Ifop* publié par le Journal du Dimanche.

Valls et Sarkozy au coude à coude

Alain Juppé arrive premier, avec 58 % des personnes interrogées qui lui font confiance face à cette menace, devant Nicolas Sarkozy (50 %), Manuel Valls (49 %), François Fillon (48 %), Emmanuel Macron (45 %) et Marine Le Pen (42 %). Le président François Hollande n’arrive absolument pas à rassurer les sondés (33 %) affichant une 8e position, derrière Bruno Le Maire (34 %) et avant Arnaud Montebourg (32 %) et Jean-Luc Mélenchon (31 %).

Passe d’armes entre Sarkozy et Valls

La menace terroriste est dans toutes les têtes. Ce dimanche, par médias interposés Nicolas Sarkozy et Manuel Valls se sont envoyé quelques pics à ce propos. Nicolas Sarkozy « se trompe sur la méthode en essayant de tordre le cou à l’Etat de droit face à la menace », a déclaré dimanche le Premier ministre dans l’émission « Le grand rendez-vous » organisée par Europe 1, iTELE et Les Echos. Il réagissait à une interview auJournal du Dimanche où le président du parti Les Républicains (LR) prône notamment d'« adapter l’Etat de droit à la réalité de la menace ».

« Nous sommes le 11 septembre (quinzième anniversaire des attentats d’Al-Qaida qui ont fait près de 3.000 morts). La réponse à l’époque des républicains et de George Bush consistant à créer un Patriot Act, c’est-à-dire en effet à mettre en cause un certain nombre de libertés fondamentales ou à ouvrir Guantanamo, n’a pas mis à l’abri les Etats-Unis de la menace et des actes terroristes », a plaidé Manuel Valls.

Nicolas Sarkozy « s’est trompé en 2012 sur la lecture de la menace terroriste »

Pour le chef du gouvernement, l’ancien chef de l’Etat « se trompe sur la forme en faisant croire aux Français, et de manière terrible, qu’avec lui, au fond, il n’y aurait plus d’attentats ». Ce candidat à la primaire de la droite « s’est trompé en 2012 sur la lecture de la menace terroriste, quant à l’époque, il avait évoqué les crimes de (Mohamed) Merah comme ce (ux) d’un loup solitaire. Il s’est trompé comme président de la République sur l’étendue de la menace puisqu’il a affaibli notre sécurité et notre défense en faisant baisser les investissements et les moyens en hommes, en femmes, dans nos forces de sécurité intérieure et extérieure », a martelé le Premier ministre.

*Sondage réalisé par téléphone du 9 au 10 septembre 2016 auprès d’un échantillon de 961 personnes (méthode des quotas).