Présidentielle: Avec son discours sur le terrorisme, Hollande veut convaincre (qu'il peut être candidat)

PRESIDENTIELLE En parlant de démocratie et de terrorisme, le Président va esquisser l’idée d’une nouvelle candidature pour 2017…

20 Minutes avec AFP
— 
François Hollande à la Conférence des ambassadeurs à l'Elysée le 30 août 2016.
François Hollande à la Conférence des ambassadeurs à l'Elysée le 30 août 2016. — Francois Mori/AP/SIPA

« Ce sera le discours d’un chef de guerre », prédit un proche du Président. Laminé dans les sondages, , concurrencé par une avalanche d’ambitions à gauche,   devrait tenter ce jeudi matin d’esquisser l’idée d’une nouvelle candidature en 2017, à l’occasion d’un discours sur « la démocratie face au terrorisme ».

Lancé dans une précampagne qui ne dit pas son nom, le chef de l’Etat a choisi pour cette offensive la salle Wagram (Paris 8e), du nom de l’une des victoires décisives de . Et une thématique, démocratie et  , lui permettant de se projeter dans l’avenir sur des sujets régaliens à même de le hisser au-dessus de la mêlée.

88 % des Français ne veulent pas qu’il se présente

Pour une ministre, ce doit être l’occasion pour le chef de l’Etat d'« affirmer une force » et de ne pas laisser « s’installer dans l’opinion » l’idée qu’il « pourrait ne pas être candidat ». Quatre mois après avoir dressé le bilan de son quinquennat au Théâtre du Rond-Point, , commencer à définir ce que pourrait être « l’enjeu des prochaines années », indique pour sa part son entourage.

Il pourrait, comme il a commencé à l’exposer mardi au Vietnam, dérouler sa conception de la France, expliquer qu’elle est davantage une « idée » qu’une « identité ». Mais l’initiative intervient alors que le président est plus que jamais en butte à des sondages catastrophiques. Selon deux enquêtes d’opinion publiées la veille de cette intervention,  (Elabe).

L’islam et la laïcité

Face aux tentations de la droite de modifier , François Hollande devrait insister sur « l’importance d’une réponse au terrorisme dans le cadre de l’Etat de droit, de   et en étant fidèle aux valeurs de la République : la liberté, l’égalité, la fraternité mais aussi la laïcité et tout ce qui participe de la cohésion nationale », indiquent des proches.

D’après un parlementaire proche du président, il va aller « plus loin que d’habitude » sur l’islam et , sujets sur lesquels le président est resté pour l’heure prudent et mesuré. Ni « provocation », ni « stigmatisation », avait-il fixé comme ligne  

Dans la foulée de ce discours, le président de la République devrait multiplier les discours prospectifs, le mettant sur la rampe de lancement pour 2017, sans se déclarer explicitement. D’autres messages plus sonnants et trébuchants devraient accompagner les propos présidentiels.