Islam: «Manuel Valls a son identité politique, et moi j’ai la mienne», tranche Vallaud-Belkacem

RELIGION Dans une interview à «L'Obs», la ministre de l'Education nationale a souligné sa différence avec « l’identité politique » du Premier ministre...

20 Minutes avec AFP

— 

La ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem
La ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem — PATRICK KOVARIK / AFP

La ministre de l’Education nationale a une nouvelle fois pris ses distances de Manuel Valls en estimant ce mercredi que la société française était « d’abord minée par le repli identitaire » et « le ressentiment à l’égard des musulmans ».

Najat Vallaud-Belkacem ainsi souligné sa différence avec « l’identité politique » du Premier ministre.

Chacun son « identité politique »

Le Premier ministre « Manuel Valls a son identité politique, et moi j’ai la mienne », a déclaré Najat Vallaud-Belkacem dans un entretien à L’Obs paru ce mercredi.

« Pour lui, l’essor de l’islam radical est le combat central. Pour moi, la société française est d’abord minée par le repli identitaire, le ressentiment à l’égard des musulmans », ajoute-t-elle, « convaincue que donner la priorité à ce second combat est le meilleur moyen de faire durablement reculer l’islam radical, qui enfante des monstres, le djihadisme, le terrorisme ».

>> A lire aussi : Manuel Valls recadre en direct Najat Vallaud-Belkacem

« Il y a une responsabilité des musulmans à combattre ce cancer obscurantiste » mais la ministre juge « scandaleuse (…) l’injonction qui leur est faite de se désolidariser des terroristes », « car elle présuppose une complaisance généralisée alors que c’est l’inverse ».

L’enseignement de l’arabe à l’école, une manière de « diversifier l’apprentissage des langues vivantes »

Interrogée sur l’enseignement de l’arabe à l’école, qu’une partie de la droite l’accuse de vouloir renforcer, Najat Vallaud-Belkacem souligne avoir « voulu diversifier l’apprentissage des langues vivantes, nuance. Cela passe par plus d’allemand, de chinois, de russe ».

L’arabe était jusqu’à présent enseigné principalement par les Elco (Enseignements de langues et culture d’origine), créés en 1980, qui proposent des cours de professeurs algériens, marocains et tunisiens, payés par leur pays, dans le cadre de conventions bilatérales entre la France et les pays d’origine des populations immigrées.

>> A lire aussi : «Manuel Valls s’inscrit davantage dans une tradition anticléricale» de la laïcité

Devenus « problématiques », en raison du « communautarisme, avec des enfants regroupés par pays d’origine » et du peu de contrôle « sur la qualité des enseignants », les Elco sont remplacés à partir de cette rentrée par le dispositif « enseignements internationaux de langues étrangères » (Eile), rappelle la ministre.

Les enseignants continuent d’être mis à disposition « par nos pays partenaires, mais nous en assurons désormais le recrutement ». Ils doivent « maîtriser la langue française », ils font partie de l’équipe pédagogique, sont inspectés et les programmes sont corédigés, a précisé Najat Vallaud-Belkacem. Les familles, quelle que soit leur origine, peuvent demander cet enseignement, en plus des heures de classe.

>> A lire aussi : «Dans le supérieur, l’enseignement de l’arabe n’est pas du tout stigmatisé»

Ce dispositif est entré en vigueur cette rentrée avec le Maroc et le Portugal et sera étendu à toutes les autres langues en septembre 2017. L’arabe est « un plus pour tous les élèves qui l’apprennent, comme pour ceux qui apprennent le chinois par exemple ».