Emmanuel Macron dit incarner «la gauche du réel», et être «gêné» par la presse people

POLITIQUE Emmanuel Macron accuse le Parti socialiste ne pas être assez moderne...

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron le 20 juin 2016 à Rome
Emmanuel Macron le 20 juin 2016 à Rome — TIZIANA FABI AFP

C’était un peu son week-end. En parallèle à l’université d’été des Républicains, Emmanuel Macron a encore squatté les médias, tout d’abord dans les pages du JDD puis dans l’émission Questions politique de France Inter/franceinfo/Le Monde. Invité à dire s’il serait candidat à la présidentielle de 2017, l’ancien ministre de l’Economie a une nouvelle fois botté en touche, refusant de faire de la politique fiction : « Les questions d’incarnation se posent légitimement à un moment donné mais ce n’est pas le sujet maintenant ».

>> A lire aussi : Emmanuel Macron étrille Nicolas Sarkozy... et François Hollande

« Le Parti socialiste est dirigé par des gens qui ne veulent pas le moderniser »

Quel était le sujet alors ? Pourquoi, par exemple, ne pas essayer de prendre les rênes du PS ? « Parce que je pense très profondément que le Parti socialiste aujourd’hui est dirigé par des gens qui ne veulent pas le moderniser », a lâché Macron. Il a également assuré n’avoir « jamais dit n’être ni de droite, ni de gauche » : « On a voulu me caricaturer, on a voulu m’enfermer là-dedans parce que ça arrangeait beaucoup, parce qu’il y a un racisme politique à l’égard de ceux qui viennent de la société civile ». Mais il a toutefois expliqué que son mouvement En Marche ! n’était « pas à droite » et « pas à gauche ».

>> A lire aussi : Macron ferait un «bon» président de la République pour 45% des Français

Société civile

Face à « une gauche statutaire, conservatrice » incarnée, selon lui, par Jean-Luc Mélenchon et Arnaud Montebourg, « je suis de cette gauche du réel, ma filiation politique, c’est Mendès France, c’est Michel Rocard », a-t-il souligné. Comme Manuel Valls donc ? « Nous n’avons pas le même parcours, parce que précisément, lui, a toujours vécu dans le Parti socialiste et a une carrière politique. Ma grande différence, c’est que je suis passé par la société civile, je n’ai pas la même formation et donc plus de liberté par rapport aux appareils ».

>> A lire aussi : Julien Dray, ancien proche d’Emmanuel Macron, étrille l’ex-ministre

« J’ai décidé de ne pas cacher ma vie privée »

Concernant sa tendance à la faire la une des magazines people, il a rétorqué : « Je ne fais pas les unes de la presse people, la presse people fait des unes sur moi, c’est différent ». Avant d’ajouter : « Oui, ça me gêne. Là, c’est trop. On a là aussi, comme sur l’argent, en France, un rapport traumatique à la vie privée. J’ai décidé de ne pas cacher ma vie privée. Pourquoi ? Parce que oui, j’ai une femme, je pars en vacances avec ma femme parce que je l’aime, parce que ma famille est importante et parce que c’est le socle de ma vie. Donc je ne vais pas le cacher. (…) Ça me gêne, parce que ma démarche, elle est politique, pas frivole. » C’est noté.