Emmanuel Macron à la rencontre du monde rural pour sa première sortie publique

AGRICULTURE L’ex-ministre de l’Economie est venu rencontrer les « vrais gens » à la foire de Châlons-en-Champagne, plus grand rendez-vous agricole après le Salon de l’agriculture de Paris…

20 Minutes avec AFP
— 
Emmanuel Macron à son arrivée jeudi soir à la foire de Châlons-en-Champagne.
Emmanuel Macron à son arrivée jeudi soir à la foire de Châlons-en-Champagne. — FRANCOIS NASCIMBENI

Opération séduction pour Emmanuel Macron. Près de 48 heures après sa démission, l’ex-ministre de l’Economie a effectué ce jeudi soir sa première sortie publique  à Châlons-en-Champagne dans la Marne. Il a reçu un accueil chaleureux et les encouragements de nombreux sympathisants, l’incitant à « foncer » et à « se présenter pour être président de la République ».

« Vous êtes aujourd’hui, vous êtes demain, vous êtes après-demain ! Vous êtes l’avenir ! », lui a déclamé un sexagénaire ému en lui serrant la main sur un stand de la foire de Châlons-en-Champagne, plus grand rendez-vous agricole après le Salon de l’agriculture de Paris.

« Ecouter la vraie vie des vrais gens »

Attendu à la foire pour participer à une conférence économique organisée par le Medef, le dirigeant du mouvement « En marche ! » est arrivé quelques heures après l’ex-Premier ministre François Fillon. Les deux favoris pour la primaire de la droite, Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, étaient aussi venus au chevet des agriculteurs cette semaine.

Sous les flashes des photographes, refusant de commenter les attaques à peine voilées de Manuel Valls après sa démission, l’ex-ministre de l’Economie assure qu’il n’est pas là « pour répondre à des commentaires ou à des petites phrases » mais « pour pouvoir écouter la vraie vie des vrais gens ».

>> A lire aussi : Emmanuel Macron sera-t-il candidat à l'élection présidentielle en 2017?

L’objectif de cette rencontre avec le monde rural est pour lui de « comprendre le pays » pour « essayer de rassembler » et pouvoir « demain efficacement proposer ». « C’est cette phase d’immersion que je vais faire sans filtre », explique-t-il. « Les commentaires, je les laisse aux commentateurs. L’agressivité des commentaires traduit sans doute une forme de panique ou d’alacrité, (…) pour ma part je suis extrêmement apaisé », ajoutera-t-il à la fin de sa visite.