Avec Donald Trump, «nous ne sommes pas du sérail», estime Marine Le Pen

ELECTION PRESIDENTIELLE « Nous ne participons pas du système, nous ne dépendons de personne », a déclaré la présidente du Front national…

20 Minutes avec AFP

— 

La présidente du Front national Marine Le Pen
La présidente du Front national Marine Le Pen — VLADIMIR SIMICEK / AFP

Des points communs entre Donald Trump et Marine Le Pen ? Il y en a sans aucun doute plusieurs… Dans une interview accordée ce mercredi à CNN, la présidente du Front national a souhaité avant tout mettre en avant qu’elle et le candidat à la Maison Blanche Donald Trump ne sont « pas du sérail ».

« Effectivement, nous ne sommes pas du sérail, nous ne participons pas du système, nous ne dépendons de personne, nous n’allons pas prendre d’ordres auprès de telle puissance financière ou de tels intérêts de multinationales », s’est targuée la candidate frontiste interrogée sur ses points de convergence avec le candidat du parti républicain.

« Tout sauf Hillary Clinton »

Le 6 juillet, Marine Le Pen avait déclaré dans un entretien à Valeurs Actuelles qu’ elle voterait pour Donald Trump si elle était Américaine. Le fait qu’il ne soit pas sérail, « c’est peut-être ça qui fait le succès de Donald Trump », a-t-elle jugé, estimant aussi que le sujet phare de la construction d’un mur entre les Etats-Unis et le Mexique « est surtout symbolique ». « Le mur est imagé », a-t-elle insisté.

>> A lire aussi : Marine Le Pen a fait 45 demandes de prêt à des banques étrangères pour la présidentielle 2017

Dans un contexte où « la classe politique américaine est bousculée par l’émergence d’une volonté de liberté », Marine Le Pen a réaffirmé sa posture du « tout sauf Hillary Clinton » et ce, « dans l’intérêt de la France ». « Je crois qu’Hillary Clinton, c’est la guerre. Hillary Clinton, c’est la dévastation, c’est le déséquilibre du monde », analyse la candidate frontiste, ajoutant qu’Hillary Clinton à la tête des Etats-Unis, « c’est des choix économiques qui sont ravageurs pour le bonheur de mon peuple, ce sont des choix géostratégiques qui vont engager à des conflits mondiaux qui risquent d’être très lourds ».