Emmanuel Macron, ministre de l'Economie, et Pierre Gattaz, patron du Medef, le 11 juillet 2016 à Paris.
Emmanuel Macron, ministre de l'Economie, et Pierre Gattaz, patron du Medef, le 11 juillet 2016 à Paris. — SOMER-POOL/SIPA

INTERVIEW

Rentrée du Medef: «C’est l’occasion pour certains candidats à la présidentielle de faire sensation»

Bernard Vivier, directeur de l'Institut supérieur du travail, revient sur l’université d’été du Medef et la venue de plusieurs candidats à la présidentielle...

Le Medef organise ce mardi et mercredi sa grand-messe annuelle à Jouy-en-Josas (Yvelines). Environ 5.000 participants sont attendus à l’université d’été de l’organisation patronale, où se presseront aussi nombre de candidats à la présidentielle 2017. Sont notamment attendus François Fillon, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, Bruno Le Maire ou encore le futur ex-ministre de l’Economie, Emmanuel Macron. Bernard Vivier, directeur de  l'Institut supérieur du travail, explique l'importance de ce raout patronal, à huit mois de la présidentielle puis des législatives…

L’université d’été du Medef est-elle particulière cette année, à l’approche des échéances électorales ?

Nous sommes certes à quelques mois d’une présidentielle, mais la venue de politiques à l’université d’été du Medef n’est pas nouvelle. C’est l’occasion pour certains d’y faire sensation. Manuel Valls a lancé aux patrons en 2014: « J’aime l’entreprise ». Avant Emmanuel Macron, qui, en 2015, a déclaré : « Vous avez l’amour et les preuves d’amour », souhaitant prouver aux chefs d’entreprise que leurs demandes avaient été comblées par le gouvernement.

>> A lire aussi: Standing ovation pour Valls au Medef après sa déclaration d'amour à l'entreprise

Qui vient, qui ne vient pas à ce raout du Medef ?

C’est un passage en revue très officiel pour les candidats à la présidentielle, et plus particulièrement à la primaire à droite. Emmanuel Macron [dont la démission s'annonce imminente ce mardi après-midi] vient aussi. Personne de l’extrême droite, ni de l’extrême gauche, n’est attendue. Les candidats venant à cette université d’été montrent leur intérêt pour le monde de l’entreprise devant les patrons, et vont bénéficier d’une couverture médiatique importante. Pour le Medef, c’est une occasion de faire du lobbying politique sur les sujets de l’allégement des charges ou la compétitivité par exemple. Et notons que ce lobbying politique s’est accentué...

Qu’est-ce que cela veut dire ?

La relation avec les partenaires sociaux, syndicats en tête, a été délaissée au profit d’un intense lobbying en direction du monde politique. Par ailleurs, la doctrine sociale du Medef [qui vise, notamment, à concilier la protection des travailleurs et l'efficacité économique] n’a pas été renouvelée depuis le début des années 2000 . Laurence Parisot, présidente du Medef entre 2005 et 2013, a bien ouvert l’organisation patronale aux questions de la diversité, de l’égalité homme-femme ou à celles relatives à l'environnement, mais le volet social reste toujours à la traîne.