Michèle Alliot-Marie se lance dans la course à l'Elysée (mais on le savait déjà)

PRESIDENTIELLE Et sans passer par la case primaire...

20 Minutes avec agences

— 

Michèle Alliot-Marie au  Conseil national des Républicains, le 13 février 2016 à Paris.
Michèle Alliot-Marie au Conseil national des Républicains, le 13 février 2016 à Paris. — WITT/SIPA

L’ancienne ministre de la Défense et des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie s’est à demi-mot lancée ce vendredi dans la course à l’Elysée.

Sur son compte Twitter, Michèle Alliot-Marie dit sa volonté d’élaborer « un véritable projet présidentiel ».

La primaire ? Une querelle d’écuries

Mais cette annonce n’est pas une nouveauté. Comme elle l’avait indiqué au Monde fin juin, elle exclut toutefois de prendre part à la primaire de la droite, estimant que le chef de l’Etat doit se placer « au-dessus des partis », conformément à l’esprit du gaullisme dont elle se réclame.

« L’élection présidentielle, ce n’est pas une querelle d’écuries, un saut d’obstacle ou une émission de téléréalité, mais ce moment de démocratie directe où se dessine une vision de la France », écrit-elle. « Dans les prochaines semaines, je poursuivrai le travail que j’ai entrepris pour l’élaboration d’un véritable projet présidentiel », assure-t-elle.

« MAM », élue au Parlement européen il y a deux ans sous les couleurs des Républicains, dit vouloir adosser à ce projet un « programme législatif élaboré autour de propositions pragmatiques ». Restent à savoir lesquelles.