«Ne rien faire contre le burkini serait acter un nouveau recul de la République», estime Sarkozy

RELIGION « Porter un burkini est un acte politique, militant, une provocation », explique le candidat à la primaire de droite…

20 Minutes avec AFP
— 
Le candidat à la primaire à droite Nicolas Sarkozy
Le candidat à la primaire à droite Nicolas Sarkozy — FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Nicolas Sarkozy s’invite dans le débat houleux sur le burkini. Le candidat à la primaire de la droite estime que « ne rien faire » contre le burkini « serait acter un nouveau recul de la République », dans un entretien à paraître vendredi dans le Figaro Magazine.

>> A lire aussi : #WTFFrance, le hashtag qui dénonce les abus des «policiers du burkini»

« Ne rien faire, c’est laisser penser que la France apparaît faible », estime l’ancien chef de l’Etat, qui propose une loi « qui interdise tout signe religieux à l’école mais également à l’université dans l’administration et aussi dans les entreprises ».

« Porter un burkini est un acte politique, militant, une provocation »

Pour Nicolas Sarkozy, invité mercredi soir du JT de TF1, « porter un burkini est un acte politique, militant, une provocation ». « Si nous n’y mettons pas un terme, le risque c’est que dans dix ans, les jeunes filles de confession musulmane qui ne porteront pas le voile ou le burkini seront montrées du doigt et seront sous la pression quotidienne de l’entourage », a-t-il mis en garde.

>> A lire aussi : Le Conseil d'Etat tiendra une audience publique ce jeudi

Le port du burkini, ces costumes de bain enveloppants, suscite la polémique depuis plusieurs semaines. Extrêmement rares sur les plages françaises, noyés parmi les bikinis et maillots une pièce, ils sont néanmoins portés par une minorité de femmes sur la côte méditerranéenne.  Plusieurs maires dont les maires de Nice et de Cannes ont pris des arrêtés interdisant le port du burkini.