Présidentielle 2017: Hollande refuse de commenter les candidatures de Sarkozy ou Montebourg

ELECTION François Hollande s'exprimait sur le pont du Garibaldi, navire amiral de la marine de guerre italienne, qui croisait au large de l'île italienne de Ventotene, entre Rome et Naples...

20 Minutes avec AFP

— 

François Hollande (au centre) lors d'une conférence de presse commune avec les dirigeants allemand Angela Merkel et italien Matteo Renzi, le 22 août 2016.
François Hollande (au centre) lors d'une conférence de presse commune avec les dirigeants allemand Angela Merkel et italien Matteo Renzi, le 22 août 2016. — AFP

Silence radio. François Hollande a refusé fermement lundi de commenter depuis l’Italie les candidatures de Nicolas Sarkozy ou Arnaud Montebourg à la présidentielle de 2017, répondant toutefois en creux par un vibrant plaidoyer en faveur du projet européen.

« Je commenterai nullement les candidatures, ici surtout », a lancé le chef de l’Etat lors d’une conférence de presse commune avec les dirigeants allemand Angela Merkel et italien Matteo Renzi consacrée précisément à la relance de ce projet après le Brexit.

>> A lire aussi : Menace terroriste, chômage, primaire... Les dossiers de la rentrée politique de François Hollande

L’Europe, sa priorité 

Interrogé sur le titre du livre de Nicolas Sarkozy dans lequel il annonce sa candidature, Tout pour la France, et sur le credo du Made in France d’Arnaud Montebourg, François Hollande a souligné que l’Europe vivait une « période historique ».

« Veut-on faire avec l’Europe ou peut-on faire sans », s’est-il interrogé. « Ma réponse est claire, il faut faire avec l’Europe, dans l’Europe mais avec une Europe qui protège et donne de la force aux économies nationales », a-t-il enchaîné.

« Il faut faire de l’Europe une puissance également à l’extérieur » face aux « guerres à nos frontières » et au « terrorisme », a-t-il renchéri, jugeant que « l’Europe doit se constituer en puissance politique au service de la paix ».