Terrorisme: Bruno Le Maire se dit prêt à modifier la Constitution

JUSTICE Dans une brochure, le candidat à la primaire de la droite pour 2017 défend la mise en place d’une « justice d’exception »…

20 Minutes avec AFP

— 

Bruno Le Maire à Vendenesse-les-Charolles le 30 juin 2016
Bruno Le Maire à Vendenesse-les-Charolles le 30 juin 2016 — JEAN-PHILIPPE KSIAZEK AFP

Il veut une « justice d’exception » en matière de terrorisme. Et notamment que la « prison préventive » devienne « la règle ». Bruno Le Maire, candidat à la primaire de la droite pour 2017, défend cette position dans une brochure de campagne.

« Dans le cadre légal actuel, notre justice ne peut pas prévenir les actes terroristes : elle ne pourra que les condamner. Pour prévenir des actes exceptionnels, il faut une justice d’exception », affirme Le Maire dans ce texte d’une vingtaine de pages, proposant « Cinq réponses pour vaincre le terrorisme ».

La brochure, publiée à 5 000 exemplaires, sera distribuée dans les réunions publiques de sa tournée d’été, qui devait débuter dans la soirée à Mimizan (Landes). Cette « justice d’exception (…) demande une modification de la Constitution : et alors ? », demande le député Les Républicains (LR).

« Le recours aux écoutes judiciaires doit être facilité »

« En matière de terrorisme, la prison préventive doit devenir la règle », assure-t-il, ajoutant : « Le maintien en détention provisoire ne doit pouvoir être levé que par décision motivée de la chambre de l’Instruction de la Cour d’Appel ». « Le recours aux écoutes judiciaires doit être facilité, et le contenu des écoutes administratives, comme élément de preuve doit être autorisé sous le contrôle du juge », poursuit l’élu de l’Eure.

>> A lire aussi : «Mon intelligence est un obstacle»: Bruno Le Maire remporte le prix de l'humour politique 2016

Le Maire souhaite redonner à la justice « les moyens humains, matériels et procéduraux » nécessaires et propose un « plan de recrutement de magistrats », une campagne de « construction massive de prisons », avec la création de 10 000 places, ou encore la « construction de centres pénitentiaires réservés aux seuls prévenus et condamnés pour terrorisme ».

« Nous rétablirons les peines plancher en cas de récidive (…) nous appliquerons un plancher de sept ans fermes dans les cas de terrorisme » et « la double peine deviendra automatique pour les faits de terrorisme et les délits connexes : incitation à la violence ou à la haine raciale par exemple », détaille le candidat à la primaire.

Une réforme de « l’école républicaine »

Pour renforcer la sécurité, il faut porter « en 10 ans le budget des armées à 2 % de notre richesse nationale », recruter des policiers et gendarmes, et faire de la direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI) « le service unique en charge de la lutte contre le terrorisme », affirme également Le Maire.

Dans son programme figure aussi une réforme de « l’école républicaine », du primaire au lycée, avec notamment un enseignement primaire « redirigé vers les savoirs fondamentaux, en particulier la maîtrise du français ».

>> A lire aussi : S'il accède à l'Elysée en 2017, Bruno Le Maire proposera un référendum sur l'UE