La popularité de François Hollande et Manuel Valls en légère hausse

SONDAGE Très légère...

20 Minutes avec AFP

— 

François Hollande et Manuel Valls
François Hollande et Manuel Valls — DOMINIQUE FAGET / AFP

Légère hausse de popularité pour François Hollande et Manuel Valls, dont la cote reste toutefois à un niveau très bas, selon un sondage YouGov diffusé ce jeudi. Au lendemain des attentats meurtriers de Nice et Saint-Etienne-du-Rouvray, le président et le Premier ministre enregistrent respectivement une hausse de 3 et 2 points d’opinions favorables.

L’insécurité en tête des préoccupations des Français

Si 80 % (-2) des personnes interrogées jugent toujours défavorablement l’action du chef de l’Etat, elles sont 15 % (+3) d’un avis contraire.

La cote du Premier ministre évolue de façon similaire en un mois, avec 77 % (-2) d'avis défavorables et 17 % (+2) d’opinions favorables. Le redressement du couple exécutif entraîne l’ensemble du gouvernement, dont l’action est jugée favorablement par 14 % (+3) des Français interrogés, contre 81 % (-3) d'un avis opposé, selon cette enquête pour le Huffington Post et iTÉLÉ.

Contrairement aux attentats de janvier et novembre 2015 à Paris, qui avaient entraîné un net rebond de l’exécutif, les drames de Nice et Saint-Etienne-du-Rouvray n’ont eu qu’une faible incidence en termes de confiance dans les enquêtes d’opinion.

Selon YouGov, l’insécurité s’impose désormais en tête des préoccupations des Français (29 %, +19), devant le chômage et l’emploi (28 %, -4).

Une majorité pour « un gouvernement d’unité nationale »

Pour lutter contre le terrorisme, ils plébiscitent « la prolongation jusqu’en janvier 2017 » de l’état d’urgence mis en place en France (76 %, contre 16 % d’un avis contraire), même s’ils sont 64 % (contre 27 %) à le juger « pas efficace ». Les trois-quarts d’entre eux (76 %) se disent également favorables au « placement de l’ensemble des individus fichés S en centre de rétention ». 15 % seulement y sont défavorables.

Les deux-tiers des personnes interrogées (65 %) souhaitent « un gouvernement d’unité nationale », contre 20 % d’un avis contraire.

L’impopularité de l’exécutif ne profite pas à l’opposition, avec seulement 21 % (-1) des personnes interrogées qui pensent que « Les Républicains » protègent leurs intérêts. Si des élections avaient lieu demain, 38 % (+2) des Français interrogés souhaiteraient « voir élu un gouvernement de droite », 26 % (stable) un gouvernement de gauche et 36 % (-2) ne savent pas.

Enquête réalisée en ligne les 27 et 29 juillet auprès d’un échantillon de 1.006 personnes, selon la méthode des quotas.