Meeting de Macron: Quelques conseils au ministre pour réussir son coup

POLITIQUE Le ministre de l’Economie rassemble son mouvement « En marche ! » ce mardi soir à Paris…

Audrey Chauvet

— 

Emmanuel Macron, le 23 mai 2016.
Emmanuel Macron, le 23 mai 2016. — Francois Mori/AP/SIPA

Ladies and gentlemen, ce mardi soir Emmanuel Macron va faire sa première grande scène à Paris. Le ministre de l’Economie y organise le premier meeting de son mouvement « En marche ! », lancé en avril, qui rassemble aujourd’hui plus de 40.000 adhérents et soutiens. Face à une salle qui peut accueillir 1.800 personnes, Emmanuel Macron va devoir mobiliser, galvaniser, envoyer de l’énergie à ses infatigables marcheurs. Pour l’aider dans cet exercice difficile, 20 Minutes lui prodigue quelques conseils de mise en scène.

>> A lire aussi : Qui sont les militants de «En marche!»?

« Je vous ai pas raconté ?…. »

Le storytelling, c’est la base pour réussir un meeting. Il faut mettre de la vie, de l’humain, du personnel. Donc, « raconter des histoires », conseille Yannik Hennequin, cofondateur de Plebiscit, une agence de communication politique : « Toute idée avancée doit être en lien avec quelque chose de vécu. Il faut émailler le discours d’anecdotes, pas forcément drôles, mais que ça sonne vrai car on reproche souvent aux politiques d’être en décalage avec la réalité. »

 

Transformer son auditoire en acteurs

Si Emmanuel Macron veut que ses paroles portent plus loin que la bouche de métro Maubert-Mutualité, il va falloir que toutes les personnes qui sont dans la salle relaient son message. Et pour cela, il faut les impliquer, « les encourager à se transformer en ambassadeurs, les rendre acteurs de cette rencontre et leur dire qu’en sortant, ils seront des petits morceaux d’un tout », rappelle Yannik Hennequin.

 

Exploiter sa famille

Qui était sur scène avec François Hollande lors de la victoire de 2012 ? Qui a accompagné Barack Obama pendant tous ses meetings ? C’est un poncif, mais « derrière chaque grand homme, il y a une femme » : « Je me souviens de Barack Obama en 2008 pour l’investiture démocrate qui faisait venir sa famille et l’embrassait copieusement pour donner un côté charnel et sympa à son meeting », raconte Yannik Hennequin. « Peut-être que la femme d’Emmanuel Macron pourrait trouver sa place… » Brigitte en guest star ? Pourquoi pas.

 

 

Fendre l’armure

« Il lui faut montrer que derrière le côté banquier d’affaires, il y a une personne », conseille Yannik Hennequin. Sans aller jusqu’à faire des blagues (cf infra) ou tomber dans le mélo, Emmanuel Macron pourrait révéler un peu de sa sensibilité, de ses émotions, de son cœur. « C’est l’heure de casser son côté réfrigérant », estime le conseiller en communication.

 

Etre comme les autres

Emmanuel Macron sait séduire. Mais pour réellement emballer les foules, il va aussi lui falloir devenir accessible : « Il faut qu’il se mette au niveau de l’auditoire, qu’il soit un parmi d’autres et pas au-dessus des autres », pense Yannik Hennequin. Le jeu scénique a son importance : il faut embrasser la scène, aller vers le public, être physiquement proche, comme s’il n’y avait pas de distance entre la foule et lui. Emmanuel Macron va devoir prouver qu’il peut « vivre pareil aux autres hommes », comme le dit la chanson.

Don’t : Les blagues

Faire des blagounettes sur scène quand ce n’est pas ton métier, c’est très dangereux. Il y a des gens qui travaillent dur pendant des années pour ça, alors mieux vaut ne pas improviser au risque d’être ridicule et de faire un flop. « L’humour est dangereux, car il y a souvent une victime », souligne Yannik Hennequin.