«En Marche» vers le sommet, Macron tient son premier meeting à la Mutualité

PARIS Une démonstration de force, à deux jours de l’allocution de François Hollande le 14 juillet…

20 Minutes avec AFP

— 

Emmanuel Macron le 6 juillet 2016.  / AFP PHOTO / STEPHANE DE SAKUTIN
Emmanuel Macron le 6 juillet 2016. / AFP PHOTO / STEPHANE DE SAKUTIN — AFP

C’est un grand jour pour Emmanuel Macron. Le ministre de l’Economie, qui a lancé début avril son mouvement « En marche ! », va tenir ce mardi soir son premier meeting à la Mutualité à Paris. Une démonstration de force, à deux jours de l’allocution de François Hollande le 14 juillet.

Pas de déclaration de candidature à attendre pourtant, ni même de sortie du gouvernement : il n’y aura « pas d’annonce personnelle », confie son entourage, en rappelant la méthode et le calendrier que s’est fixé le ministre : le « diagnostic », jusqu’à la fin de l’été, les « propositions », en octobre, puis les « questions de personnes ».

>> A lire aussi : Macron entretient le suspense sur son départ du gouvernement

Un exercice inédit

« C’est le premier grand rassemblement des adhérents et soutiens » depuis le lancement du mouvement le 6 avril, le moment de « faire un point d’étapes sur les valeurs et les méthodes », explique cette source.

Ce meeting sera aussi l’occasion pour l’ancien secrétaire général adjoint de l’Elysée de faire ses armes dans un exercice relativement inédit pour lui.

>> A lire aussi : Pour Manuel Valls, Emmanuel Macron «apprend tous les jours»

« On est raisonnablement optimiste sur l’événement. On sera content si on arrive à remplir la salle », qui compte 1.800 places, affirme son entourage, évoquant une audience a priori constituée d’une moitié de Parisiens, d’un quart d’habitants de banlieue et d’un quart de provinciaux, avec 50 % de moins de 35 ans. Une « trentaine de parlementaires » devraient être présents, dont la garde rapprochée du ministre : le maire de Lyon Gérard Collomb, le sénateur François Patriat, les députés Richard Ferrand, Arnaud Leroy, Stéphane Travert et Corinne Erhel, tous socialistes.