Tweet sur Macron: Eckert dégonfle (un peu) le «Seabubblegate»

POLEMIQUE Le secrétaire d'Etat au Budget s'en était pris au ministre de l'Economie sur Twitter...

N.Beu. avec AFP

— 

Emmanuel Macron le 6 juillet 2016.  / AFP PHOTO / STEPHANE DE SAKUTIN
Emmanuel Macron le 6 juillet 2016. / AFP PHOTO / STEPHANE DE SAKUTIN — AFP

Christian Eckert tente de dégonfler le Seabubblegate. Après son tweet cinglant à l'égard d'Emmanuel Macron, le secrétaire d'Etat au Budget a expliqué avoir voulu simplement rappeler le « rôle » joué par chacun à Bercy, estimant nécessaire « de ne pas marcher » sur « les pieds du voisin ».

« Vous savez, Bercy, c’est une grande maison, certains disent une citadelle, où il y a plusieurs étages. Monsieur Macron est au troisième, je suis personnellement au cinquième, Michel Sapin au sixième », a souligné Eckert, interrogé sur LCP. « Nous avons chacun notre rôle, notre travail, notre couloir dans lequel nous travaillons. Il se trouve que la douane est de la responsabilité de Michel Sapin et donc de moi-même, puisque c’est auprès de lui que je suis secrétaire d’Etat », a ajouté l’élu, assurant avoir « une relation assez particulière avec la douane ».

Une commande ? Quelle commande ?

Selon Eckert, « quand on vous confie une tâche au sein du gouvernement », « c’est une lourde tâche ». « Il faut l’exercer avec conscience, responsabilité » et « essayer de ne pas marcher effectivement sur les pieds du voisin », estime-t-il. Le secrétaire d’Etat s’en était violemment pris à son collègue du troisième étage de Bercy sur Twitter, après des informations de presse assurant que le ministre de l’Economie avait commandé deux « Sea bubble », véhicules solaires capables de voler sur l’eau, pour équiper les douanes. 

Contacté par l’AFP, l’entourage de Macron a toutefois assuré qu'« aucune commande » n’avait été passée par le ministre pour les douanes, le ministre ayant évoqué une commande sur le ton de la plaisanterie lors d’une visite sur un salon consacré aux nouvelles technologies, le salon Vivatech.