Mort de Michel Rocard: «Michel Rocard fut un rêveur réaliste» pour François Hollande

POLITIQUE L'ancien président de la République, Jacques Chirac, a quant à lui salué un «homme d'Etat» et un «ami de jeunesse»...

V.J. avec AFP

— 

Michel Rocard et Jacques Chirac en 2005
Michel Rocard et Jacques Chirac en 2005 — MEIGNEUX/HADJ/WITT/SIPA

Les hommages se multiplient ce dimanche, suite au décès de Michel Rocard à l’âge de 85 ans. L’ancien président de la République, Jacques Chirac, a ainsi salué un « homme d’Etat » et un « ami de jeunesse » dans une déclaration faite à l’AFP : « La France perd un homme d’État qui unissait, de manière rare, le goût des concepts et la capacité d’action et de réalisation. » Les deux hommes se connaissaient depuis le début des années 1950.

>> Mort de Michel Rocard: Un «symbole de la gauche innovante» salué par la classe politique

« Un rêveur réaliste » selon François Hollande

« Michel Rocard fut un rêveur réaliste, un réformiste radical, animé par le mouvement des idées, le sort de la planète et de la destinée humaine », déclare ce dimanche matin François Hollande.

« Un grand homme d’Etat » pour Jean-Marc Ayrault

Pour Jean-Marc Ayrault, l’actuel ministre des Affaires étrangères et ancien Premier ministre, Michel Rocard a été « engagé jusqu’à son dernier souffle. Grand homme d’Etat, il était toujours disponible pour le débat d’idées. Il a toujours refusé toute forme de conformisme. Socialiste, européen, réformiste, il était aussi pour nombre d’entre nous un ami fidèle. »

« Une référence pour beaucoup d’entre nous », aux yeux de Lionel Jospin

Plus tôt dans la matinée, c’est Lionel Jospin qui prenait la parole au micro de France Inter : « C’était un militant et un homme d’Etat, un réaliste, mais pas un cynique, un modernisateur en économie, mais ce n’était pas un néo-libéral. C’était un social démocrate épris de dialogue social. » L’ancien Premier ministre a rappelé que Michel Rocard restait pour beaucoup une référence : « Quand on a agi, qu’on a eu des succès, qu’on est honoré, on n’est pas passé à côté de son destin. »

>> A lire aussi : Brexit, migrants, écologie... Les derniers combats de Michel Rocard

« Michel Rocard était essentiel à la gauche en France »

Dans une tribune duJournal du dimanche, Jacques Delors, ancien président de la Commission européenne, regrette qu’il n’ait pas été président de la République. « Michel Rocard était essentiel à la gauche en France, écrit-il, le reste ce sont les petites zizanies habituelles du PS. Il y avait des divergences très nettes entre François Mitterrand et Michel Rocard, mais il fallait concilier les deux pour permettre au PS de revenir au pouvoir, il faudrait aujourd’hui concilier les deux pour permettre au PS de mieux diriger le pays. »

>> A lire encore : Les cinq phrases à retenir de Michel Rocard

« Une grande tristesse » pour Alain Juppé 

Le maire de Bordeaux Alain Juppé a déclaré ce dimanche matin que cette disparition était « une grande tristesse. Nous nous étions vus il y a 15 jours à peine ». L’ancien Premier ministre ajoute : « C’était un homme avec qui j’avais noué d’abord des relations de travail et qui étaient devenues des relations d’amitié. Il était fidèle au Parti socialiste, je suis fidèle à mon parti, mais au-delà de ces clivages partisans nous avions le goût du débat ».

Nicolas Sarkozy quant à lui « salue la mémoire de cet homme de gauche et de convictions ».