Politique

Toutes les réponses aux questions que vous vous posez sur les rumeurs autour du couple Sarkozy

POLITIQUE – Pour tout comprendre, c’est ici…

Quel est le point de départ de la rumeur?
Les bruits sur la séparation du couple Sarkozy n’ont jamais cessé depuis l’élection de ce dernier à la présidence de la République. Le 6 mai, Cécilia n’avait d’ailleurs pas voté et était invisible la majeure partie de la soirée d’investiture. Des rumeurs plus ou moins fortes, en fonction des (rares) apparitions de Cécilia Sarkozy au côté de son mari. Le on-dit a pris une toute autre ampleur depuis le vendredi 5 octobre. La veille, Nicolas Sarkozy s’était rendu en Bulgarie sans Cécilia, alors que cette dernière, qui avait accompagné les infirmières bulgares de Tripoli à Sofia en juillet dernier, était légitimement attendue. Puis, Cécilia Sarkozy est aperçue en Suisse, sans Nicolas. Depuis, les supputations vont bon train sur la date et la façon dont la rupture sera officialisée.

Nicolas et Cécilia peuvent-ils divorcer comme n’importe quel autre couple?
Non. Pour divorcer, même par consentement mutuel, les époux doivent être entendus chacun à leur tour par un juge aux affaires familiales. Or selon la Constitution, le président de la République est «irresponsable» civilement: il «ne peut, durant son mandat et devant aucune juridiction ou autorité administrative française, être requis de témoigner non plus que faire l’objet d’un acte d’information, d’instruction ou de poursuite.» Si les Sarkozy souhaitaient rompre leur engagement, il devraient attendre la fin du mandat présidentiel, en 2012, voire en 2017 si Nicolas Sarkozy était réélu à la prochaine élection.

La situation pose-t-elle un problème constitutionnel?

Non, pour une raison simple: le conjoint du chef de l’Etat (en l’occurrence Cécilia Sarkozy) n’a aucune existence constitutionnelle. La Constitution de la Ve République n’évoque pas la possibilité que le Président soit marié ou célibataire. Constitutionnellement, rien ne changera si Nicolas et Cécilia Sarkozy divorcent. Mais avant Nicolas Sarkozy, les présidents de la Ve République ont toujours eu une épouse à leurs côtés qui jouait un rôle au moins informel sinon plus...

La situation pose-t-elle un problème politique?
Difficile à dire. L’absence de Cécilia aux rendez-vous entre chefs d’Etat ne vexerait-elle personne? Lorsque le service du protocole royal du Maroc apprend qu'elle ne sera pas du voyage le 22 octobre prochain, il répond que «c'est le président de la République qui est invité et non le couple présidentiel.» Au service du protocole d'un ministère, on explique que «rien n'est obligatoire. L'ordre de préséance est codifié pour les ministres, les préfets, etc. En revanche, la place des conjoints n'est jamais mentionnée dans le protocole. Il y a quelques règles, mais ce sont celles de la politesse.»

Le public a-t-il le droit de savoir la situation matrimoniale de ses gouvernants?
La situation matrimoniale des hommes politiques fait partie de leur vie privée. A ce titre, elle n’a pas à être déballée sur la place publique. Nicolas Sarkozy, au moment de sa rupture avec Cécilia Sarkozy, n’avait pas hésité à réclamer ce droit à la vie privée. Pourtant, la règle s’applique-t-elle pour un couple aussi médiatisé? Une médiatisation orchestrée par le couple sur différents plateaux de télévision.

Pourquoi la presse en parle?
Parce que c'est un couple médiatisé (voir plus haut). Parce ce qu'il se passe dans les hautes sphères de la République française vaut des lignes et des colonnes d'analyse, de décryptage des enjeux, politiques, sociétaux, français et internationaux. Et puis, soyons clairs, le sujet Cécilia/Nicolas, c’est de l’or en barre pour les médias. Il réunit tous les ingrédients pour être vendeur: de la politique, du people, de l’amour et des secrets. Résultat: les lecteurs sont au rendez-vous. Sur 20minutes.fr, les articles consacrés à Cécilia figurent parmi les plus lus. Un succès que détaille Daniel Schneidermann à propos du site Arrêt sur images: «en quelques jours, le billet que nous avons consacré au traitement des affaires matrimoniales des Sarkozy par le Net, s'est hissé au premier rang des pages vues (47.559), reprend Schneidermann, battant Martinon-non-non à Neuilly (42.926) ou les défenestrations de sans-papiers (27.892), qui sont en ligne depuis plus longtemps.»

Ségo/Sarko: même combat?
Presque. Alors que les difficiles relations entre François Hollande et Ségolène Royal, séparés, mais pas encore officiellement, ont empoisonné la campagne de la candidate socialiste, les rumeurs de tensions au sein du couple Sarkozy assombrissent les premiers mois du mandat de Nicolas Sarkozy, par ailleurs plutôt rondement menés. «Mon seul souci, c’est Cécilia», expliquait d’ailleurs Nicolas Sarkozy en marge du 14 juillet. Depuis, les couloirs du pouvoir bruissent d’analyses sur «le problème Cécilia», complaisamment rapportées par la presse. Depuis, Ségolène Royal et François Hollande ont officialisé leur séparation sans que cela porte un coup à leur carrière politique.