Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
POLITIQUEJean-Luc «Mélenchon est une poule mouillée», pour Daniel Cohn-Bendit

VIDEO. Primaire à gauche: «Mélenchon est une poule mouillée», pour Cohn-Bendit

POLITIQUE
L'ancien eurodéputé écologiste regrette le refus de Jean-Luc Mélenchon de participer à la primaire...
Daniel Cohn-Bendit sur TV5 Monde le 19 juin 2016.
Daniel Cohn-Bendit sur TV5 Monde le 19 juin 2016. - TV5 MONDE
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Les esprits s'échauffent autour de la primaire à gauche. Daniel Cohn-Bendit, l'un des initiateurs en début d'année d'un appel à des primaires à gauche, s'en est pris dimanche sur TV5 Monde au refus de Jean-Luc Mélenchon d'y participer.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

«Moi, je dis à Mélenchon: "Toi qui es persuadé de devenir président, ben vas-y mon pote! Va à la primaire!"», a lancé l'ancien eurodéputé écologiste. «"Tu vas écraser Hollande, Montebourg! Tu es tellement grand et fort! Tu auras une chance de gagner!" Il sait qu'il est pas aussi grand, pas aussi fort, que c'est une poule mouillée! Mélenchon aujourd'hui, le seul rêve qu'il a, c'est de faire mieux que Hollande.»

«Moi, le républicanisme autoritaire de Valls, c'est pas ma tasse de thé»

«C'est ça, le niveau politique du débat en France? Eh bien, dans ce cas-là, la droite va passer et on va voir ce qu'on va voir.» «Moi, je vote pas Macron, je vote Hulot, je vote Yannick Jadot. Moi, je crois que Macron-Hulot, Macron-Jadot, c'est la possibilité d'une majorité contre Les Républicains et l'extrême droite (...) Aujourd'hui, si vous voyez les possibilités du paysage politique, il faut être capable de formuler un projet: le social-libéralisme. Moi, le républicanisme autoritaire de Valls, c'est pas ma tasse de thé.»

Fait inédit dans la Ve République pour un président sortant, François Hollande passera, selon toute vraisemblance, par la primaire pour se représenter en 2017. Le président, Manuel Valls et le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis ont défendu une innovation démocratique, tandis que la droite insiste sur un signe de faiblesse du président sortant.

Sujets liés