Les Républicains: Lefebvre demande la démission de Sarkozy de la présidence

POLITIQUE Frédéric Lefebvre affirme se « faire le porte-parole de l’indignation d’un nombre grandissant de (ses) compatriotes sur le non-respect des règles de la primaire »...

20 Minutes avec AFP

— 

Frédéric Lefebvre, député UMP des Français d'Amérique du Nord, le 7 septembre 2014 à La Baule
Frédéric Lefebvre, député UMP des Français d'Amérique du Nord, le 7 septembre 2014 à La Baule — Jean-Sébastien Evrard AFP

Le non-respect des règles de la primaire épinglé. Frédéric Lefebvre (Les Républicains), candidat à la candidature de la primaire pour 2017, a demandé vendredi par lettre à la présidente de la Haute Autorité de cette primaire, Anne Levade, de « faire injonction » à Nicolas Sarkozy de démissionner de la présidence des Républicains.

>> A lire aussi: L'ex-sniper de Sarkozy n'est plus dans «l’embrigadement partisan»

Dans cette lettre, dont il a envoyé une copie à l’AFP, Frédéric Lefebvre, député des Français de l’étranger (circonscription de l’Amérique du Nord), affirme se « faire le porte-parole de l’indignation d’un nombre grandissant de (ses) compatriotes sur le non-respect des règles de la primaire ».

Sarkozy « utilise l’ensemble des moyens du parti pour sa candidature »

« Le candidat Nicolas Sarkozy ne se contente pas d’utiliser les instances de notre parti, qu’il préside, pour limiter la visibilité de ses concurrents (refus de communiquer nos demandes de parrainages aux militants, monopolisation de tous les outils de communication internet du mouvement…) restreindre l’accès au vote des Français (limitation du droit de vote aux Français de l’étranger), mais il utilise de fait l’ensemble des moyens du parti pour sa propre candidature, qu’il feint de ne pas annoncer tout en demandant officiellement les parrainages », affirme-t-il.

«Cette situation ne peut plus durer»

Selon cet ancien lieutenant de Nicolas Sarkozy, « cette situation ne peut plus durer. La défiance des Français envers la politique se nourrit de l’insincérité. Je vous demande en conséquence de prendre acte de la candidature de Nicolas Sarkozy, de lui faire injonction de respecter les règles de la primaire et en conséquence de démissionner de son poste de président. Il en va de la crédibilité des primaires de la droite et du centre », affirme-t-il également.

La Haute Autorité pour la primaire, déjà saisie du cas de Nicolas Sarkozy par d’autres rivaux, a recommandé jeudi aux candidats à la candidature « de distinguer aussi clairement que possible » les activités au sein du parti et de candidat.