Primaire à droite: Pour Mariton, «le plus simple serait que Sarkozy quitte la présidence» de LR

POLEMIQUE « Quand on veut diriger la France demain, il est important de ne pas jouer, de ne pas être hypocrite », estime Hervé Mariton…

C. A. avec AFP

— 

Hervé Mariton, candidat à la primaire de la droite et du centre
Hervé Mariton, candidat à la primaire de la droite et du centre — DOMINIQUE FAGET / AFP

Le « cas Nicolas Sarkozy » continue d’en irriter certains au sein des Républicains. Hervé Mariton, candidat déclaré à la primaire de la droite et du centre, a estimé ce vendredi que l’ancien chef de l’Etat utilisait les moyens de son parti pour faire campagne et devait « faire la différence des genres », par « obligation de décence ».

Respecter « la différence des genres »

« Oui », a estimé Hervé Mariton sur BFMTV et RMC, Nicolas Sarkozy, président du parti Les Républicains (LR), utilise bien les moyens du parti pour faire campagne en vue de la primaire, sans avoir officiellement annoncé sa candidature.

« La Haute Autorité que j’ai saisie (…) a eu le mérite de dire des choses extrêmement claires. Nicolas Sarkozy est candidat à la candidature, foin d’hypocrisie », a-t-il lancé.

« Dès lors qu’il est candidat à la candidature, il est indispensable qu’il respecte, et qu’il respecte mieux, la différence des genres entre président du parti et candidat », a-t-il poursuivi.

>> A lire aussi : Sarkozy déjà candidat selon son site Internet

« Le plus simple serait qu’il quitte la présidence »

« Soit il est capable de le faire, et il n’y a pas de problème, il est parfaitement légitime en tant que président du parti, soit il n’est pas capable de le faire et dans ce cas, il y a beaucoup de problèmes », notamment « dans le fonctionnement du parti » ou « les comptes de campagne », a prévenu l’élu de la Drôme.

« Nicolas Sarkozy s’est déjà fait rattraper par la patrouille en 2012 avec ses comptes de campagne », a-t-il rappelé.

Les dépenses de Nicolas Sarkozy sont-elles suspectes ? « Si on ne veut pas qu’il soit soupçonné, il faut qu’il soit insoupçonnable. Le plus simple serait qu’il quitte la présidence », a répondu le député LR.

>> A lire aussi : Sarkozy en campagne et président des Républicains, «un problème moral et éthique» pour Juppé

Important « de ne pas être hypocrite »

« Je pense qu’il y a une obligation de décence », a-t-il déclaré, refusant toutefois de « (s)'ériger en juge ». « Ce n’est pas à moi de lui dire de partir », a-t-il dit.

« Quand on veut diriger la France demain, il est important de ne pas jouer, de ne pas être hypocrite. Quand on est candidat on le dit, on ne se cache pas. Le propos de Nicolas Sarkozy consistant à dire "J’ai pris ma décision mais je ne vous dis pas quoi", c’est un gag », a critiqué Hervé Mariton.