Interdiction de manifester: «Point de divergence» entre Marion Maréchal-Le Pen et Marine Le Pen

POLITIQUE « Interdire les manifestations, c’est admettre qu’on est dans l’incapacité de maintenir l’ordre » avait estimé Marine Le Pen…

Clémence Apetogbor

— 

Marion Maréchal-Le Pen, le 07 avril 2016.
Marion Maréchal-Le Pen, le 07 avril 2016. — CHAMUSSY/SIPA

La députée FN du Vaucluse Marion Maréchal-Le Pen a reconnu vendredi « un point de divergence » avec Marine Le Pen, présidente du Front national, sur la possibilité d’interdire les manifestations évoquée par l’exécutif.

« On a manifestement un point de divergence là-dessus. Parce que quand on en est à 350 policiers blessés, il ne faut quand même pas oublier que ce sont les Français qui vont payer la note au final », a déclaré Marion Maréchal-Le Pen sur France Info. « Vu la sollicitation aujourd’hui des forces de l’ordre », « vu les circonstances, c’est une chose qui peut être envisagée ».

Marine Le Pen préfère « le maintien de l’ordre »

Sa tante Marine Le Pen avait pour sa part déclaré mercredi préférer « le maintien de l’ordre » à « l’interdiction des manifestations ». « Il faut maintenir l’ordre (…) Interdire les manifestations, c’est admettre qu’on est dans l’incapacité de maintenir l’ordre », avait-elle dit.

« Moi j’ai dit que je n’étais pas particulièrement choquée par le fait que le gouvernement puisse envisager, alors que nous sommes en guerre, sous menace terroriste, en état d’urgence et que nous recevons un événement international qui est déjà difficile à gérer (l’Euro de football), que certaines manifestations puissent être, évidemment temporairement, interdites quand les organisateurs ne sont pas capables de donner des consignes strictes aux manifestants », a développé vendredi Marion Maréchal-Le Pen.

>> A lire aussi : Qui est vraiment responsable de la sécurité dans les manifs?

« Je pense qu’en effet il y a des casseurs d’extrême gauche indépendants des manifestations, qui se font un plaisir particulier à venir perturber ces événements (…) et je pense qu’il y a aussi une partie des manifestants syndicalistes, on l’a vu, ça a été prouvé, qui sont extrêmement violents », a-t-elle encore dit.

Le gouvernement s’obstine sur la Loi Travail, juge Maréchal-Le Pen

Tout en dénonçant « l’obstination étonnante » du gouvernement sur la Loi Travail, la députée du Vaucluse a estimé qu’elle « est un prétexte pour la CGT pour défendre des intérêts catégoriels ».

Gilbert Collard, député apparenté FN du Gard, s’est de son côté prononcé pour l’interdiction des « manifestations qui troublent violemment l’ordre public ».

Interrogé vendredi sur Sud Radio et Public Sénat, il a cependant réfuté une divergence de vue sur ce point avec Marine Le Pen. Selon lui, les propos de la présidente du FN, « ça veut dire exactement la même chose que (lui). C’est-à-dire qu’à partir du moment où l’ordre n’est pas maintenu, on interdit la manifestation ».