Primaire à droite: La Haute-Autorité saisie par Fillon et Mariton du cas Sarkozy

PRIMAIRE La Haute-Autorité se réunira jeudi et a 48 heures pour se prononcer...

Clémence Apetogbor

— 

Nicolas Sarkozy le 14 février 2016 à Paris.
Nicolas Sarkozy le 14 février 2016 à Paris. — WITT/SIPA

Des voix au sein des Républicains s’étaient élevées et avaient pressé Nicolas Sarkozy d’officialiser sa candidature et de quitter la présidence du parti.

Aujourd’hui, au sein du parti, certains ont décidé d’agir.

Réunion de la Haute-Autorité jeudi

Comme l’avait fait savoir Gérard Larcher vendredi, la Haute autorité de la primaire a été saisie ce mercredi par François Fillon et Hervé Mariton, selon des sources concordantes.

La saisine a été faite ce mercredi et la Haute-Autorité se réunira jeudi, a-t-elle indiqué à l’AFP. A compter de la saisine, elle a 48 heures pour se prononcer.

Selon des sources concordantes, cette saisine a été faite conjointement par les représentants de deux candidats à la primaire : Bernard Accoyer pour le compte de François Fillon et Philippe Gosselin pour le compte d’Hervé Mariton.

>> A lire aussi : Henri Guaino entre dans la course à la primaire

« Un problème éthique et moral » pour Juppé

Plusieurs candidats, dont Alain Juppé qui a pointé « un problème éthique et moral », estiment que Nicolas Sarkozy fait déjà campagne pour la primaire et devrait se déclarer au plus vite.

Reste que la règle officielle l’oblige au plus tard à démissionner de son poste de président le 25 août prochain, une quinzaine de jours avant le dépôt des candidatures officielles auprès de la Haute-Autorité.

La Haute-Autorité pour la primaire, sorte de gendarme de ce scrutin inédit à droite, a le pouvoir de faire des « observations » ou des « recommandations » mais n’a aucun pouvoir de sanction.

Jeudi, Nicolas Sarkozy avait quant à lui fait savoir qu’il n’entendait pas modifier son calendrier.