Présidentielle 2017: Feu vert pour la candidature de Nicolas Hulot?

POLITIQUE Une candidature de l’écologiste Nicolas Hulot est relancée après une interview à «Libération» où l'ancien présentateur affirme qu'il déclarera ses intentions «peut-être bien avant» l’automne…

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Nicolas Hulot, président de la Fondation pour la Nature et l'Homme, le 31 mai 2016 à Nantes.
Nicolas Hulot, président de la Fondation pour la Nature et l'Homme, le 31 mai 2016 à Nantes. — SEBASTIEN SALOM-GOMIS/SIPA

L’écologiste Nicolas Hulot sera-t-il le candidat écologiste à la présidentielle de 2017 ? L’homme annonce ce lundi dans Libération « choisir une option à l’automne et, qui sait, peut-être bien avant ». L’ex-envoyé spécial pour la protection de la planète de François Hollande ajoute : « Je ne veux pas y aller par obligation, ni par pression. Tous ceux qui me mettent la pression savent que c’est contre-productif ». Le déçu de la primaire EELV à la présidentielle 2012 pense cependant à l’Elysée. Affirmant « bosser 7 jours sur 7 », il explique que sa première décision qu’il pourrait prendre s’il était élu en 2017 serait la « mise œuvre d’un Grenelle de l’agriculture ».

S’ils lui mettent « la pression », ce que Nicolas Hulot n’apprécie pas, il peut compter sur de nombreux en cette fin de printemps 2016. Un appel en faveur de la candidature de Nicolas Hulot a recueilli, ce lundi, 54.000 signatures, dont celle du chanteur Renaud. Et parmi ses défenseurs, figurent l’ancienne candidate écologiste en 2012 Eva Joly, Daniel Cohn-Bendit, ou la députée européenne écologiste Karima Delli.

>> A lire aussi : Candidat ou pas? Nicolas Hulot se fait désirer pour 2017

Jointe par 20 Minutes, Karima Delli qualifie l’éventuelle candidature de Nicolas Hulot en 2017 de « super », l’homme incarnant « une écologie optimiste ». « Ce qu’il faut, c’est réconcilier les Français avec l’écologie, représenter des sentinelles de l’espoir », ajoute la députée européenne. Même l’ancienne ministre Cécile Duflot, qui prépare sa candidature à l’Elysée depuis des mois, a affirmé qu’elle se rangera derrière Nicolas Hulot s’il porte les couleurs de l’écologie en 2017. Le secrétaire national d’EELV David Cormand et proche de celle qui fut longtemps la patronne des Verts reste quant à lui prudent : il soutient tant la candidature de Nicolas Hulot… que celle de Cécile Duflot.

« Duflot veut une écologie punitive (…) Hulot une écologie efficace »

Au Parti socialiste, une possible candidature de Nicolas Hulot est plutôt bien vue. Le PS se dit « prêt à discuter » avec l’ancien présentateur de TF1, a déclaré ce lundi son premier secrétaire Jean-Christophe Cambadélis. « Il faut qu’il y ait une discussion, une confrontation, une réflexion avec Hulot, ça me paraît intéressant. Nous, nous avons évolué sur la social-écologie (…) nous sommes prêts à discuter aujourd’hui avec Nicolas Hulot », a expliqué Jean-Christophe Cambadélis sur Radio Classique et Paris Première.

Ce soutien socialiste n’est pas dénué d’arrière-pensées : soutenir Nicolas Hulot vise à plomber les ambitions de Cécile Duflot, l’ancienne idole verte du gouvernementdésormais honnie. « Le débat politique que porte Hulot est sûrement plus productif que celui que porte aujourd’hui [l’ancienne ministre EELV Cécile] Duflot. Duflot veut une écologie punitive du Parti socialiste, Hulot veut une écologie qui soit efficace pour le pays et peut-être même pour l’humanité », juge encore Jean-Christophe Cambadélis.

>> A lire aussi: 2017: Nicolas Hulot, tout le monde l'aime bien, mais peu de Français veulent le voir à l'Elysée

Alors, qu’attend Nicolas Hulot pour se déclarer ? Pas mal de boulot. Mais pas que. A Libération, il avoue écouter aussi ceux qui lui disent: « Que je vais m’abîmer, qu’on va m’abîmer, que je sous-estime la charge que [la candidature] représente, que je ne suis pas à la hauteur, que je risque de favoriser un autre candidat… ». Précaution de langage, ou aveu de faiblesse ?