Un responsable du Conseil du culte musulman accuse Sarkozy d'«attiser le feu»

POLITIQUE Mercredi soir, Nicolas Sarkozy a dénoncé dans son meeting un « islam militant qui se présente à nous comme un bloc et qui impose à ses fidèles des règles de vie contraignantes »…

20 Minutes avec AFP
— 
Abdallah Zekri, président de l'Observatoire national contre l'islamophobie au tribunal de Paris le 7 février 2007.
Abdallah Zekri, président de l'Observatoire national contre l'islamophobie au tribunal de Paris le 7 février 2007. — Jack Guez AFP

Comme en 2007 et 2012, Nicolas Sarkozy a choisi de mettre l’accent sur la thématique identitaire. Pas officiellement candidat à la primaire de son propre parti mais ostensiblement en campagne, l’ex chef de l’Etat a tenu mercredi soir un meeting à Saint-André-lez-Lille (Nord). Au cours de son intervention à la tribune, le patron des Républicains s’en est pris à un « islam militant qui se présente à nous comme un bloc et qui impose à ses fidèles des règles de vie contraignantes ».

« Plus loin que le Front national »

Le secrétaire général du Conseil français du culte musulman (CFCM), Abdallah Zekri, a vivement critiqué jeudi les propos du président du parti Les Républicains Nicolas Sarkozy sur « l’identité » française, qui selon lui « attisent le feu » contre les musulmans.

Jeudi matin sur Europe 1, Nicolas Sarkozy a aussi estimé qu'« il y a un risque d’affrontement si la République ne reprend pas les choses en mains et ne fait pas respecter les règles communes à tout le monde ». « M. Sarkozy va plus loin que le Front national au prétexte de le combattre, il semble là pour attiser le feu », a réagi auprès de l’AFP Abdallah Zekri, président de l’Observatoire national contre l’islamophobie au CFCM.

« Parce qu’il y aurait 1 % de gens qui ne respecteraient pas les lois de la République sur 5 millions de musulmans, il y aurait un risque d’affrontement ? C’est lui qui, manifestement, cherche l’affrontement », a déploré le n°2 du CFCM.

« Calmer ses nerfs »

Réagissant à la volonté de Nicolas Sarkozy de fixer « urgemment les règles d’un nouvel islam de France », Abdallah Zekri a ironisé : « Les règles de l’islam en France - il n’y a pas d’islam de France - sont déjà fixées, il oublie que c’est même lui qui les a fixées » en favorisant la création du CFCM en 2003, alors qu’il était ministre de l’Intérieur.

« Nous savons que la France est un pays chrétien et nous le respectons, mais il y a aussi dans ce pays des Français qui prient dans des mosquées et qui en ont le droit », a encore fait valoir le dirigeant musulman, en priant le probable candidat à la primaire à droite de « calmer ses nerfs plutôt que d’exciter les uns et les autres ».