Hollande juge «inadmissible» la manifestation des intermittents au domicile d'El Khomri

LOI TRAVAIL La ministre, dont l’adresse a été révélée par les manifestants sur les réseaux sociaux, a immédiatement « dénoncé » dans un communiqué un « dérapage »…

20 Minutes avec AFP

— 

Myriam El Khomri et François Hollande, à Moissy-Cramayel, le 10 mars 2016.
Myriam El Khomri et François Hollande, à Moissy-Cramayel, le 10 mars 2016. — SIPA

François Hollande a fait une mise au point durant le Conseil des ministres ce mercredi, au sujet de la manifestation organisée dans la matinée par un groupe d' intermittents du spectacle devant le domicile de la ministre du Travail Myriam El Khomri, dans le 18e arrondissement de Paris.

>> A lire aussi : Loi Travail: Une vingtaine d'intermittents devant le domicile de Myriam El Khomri

C’est le porte-parole du gouvernement qui a rapporté les propos du président de la République : « Ce qui s’est passé ce matin avec ces actes de violence est parfaitement inadmissible », a déclaré le chef de l’Etat, selon Stéphane Le Foll, qui a demandé une « condamnation extrêmement ferme et extrêmement claire ».

« On est dans une démocratie, chacun a le droit de manifester et d’exprimer des opinions sans aucune limite », a poursuivi Stéphane Le Foll, déplorant toutefois que ces « limites » aient été « franchies en terme de violences ». « Il faut rappeler le respect des règles de la démocratie », a insisté le porte-parole du gouvernement.

L’adresse révélée sur les réseaux sociaux

Des intermittents du spectacle ont brièvement manifesté mercredi matin devant le domicile de Myriam El Khomri, dans le nord de Paris, pour réclamer l’application de l’accord du 28 avril sur leur régime d’indemnisation chômage

et le retrait de la loi Travail.

>> A lire aussi : Intermittents: Manuel Valls s'engage à une «mise en oeuvre rapide de l'accord»

La ministre, dont l’adresse a été révélée par les manifestants sur les réseaux sociaux, a immédiatement « dénoncé » dans un communiqué un « dérapage » qui « viole (son) intimité familiale », tout en assurant que ces « actes d’intimidation » ne la « détourneraient pas de ses convictions ».