«Mon intelligence est un obstacle»: Bruno Le Maire remporte le prix de l'humour politique 2016

HUMOUR Le candidat à la primaire Bruno Le Maire succède à Nicolas Sarkozy, lauréat de l'humour politique 2015...

T.L.G.

— 

Bruno Le Maire arrive à une réunion publique à Vesoul le 23 février 2016
Bruno Le Maire arrive à une réunion publique à Vesoul le 23 février 2016 — SEBASTIEN BOZON AFP

Oui, oui, les politiques ont aussi de l’humour. Chaque année, le jury du Prix « Press Club, Humour et Politique » consacre une personnalité politique pour la « petite phrase » la plus drôle de l’année. En 2015, Nicolas Sarkozy l’avait emporté avec celle-ci : « Pour désespérer de François Bayrou, encore faudrait-il que j’aie un jour placé de l’espoir en lui ». Qui lui a succédé cette année ?

Le gagnant : Bruno Le Maire « Mon intelligence est un obstacle »

Bruno Le Maire arrive à une réunion publique à Vesoul le 23 février 2016
Bruno Le Maire arrive à une réunion publique à Vesoul le 23 février 2016 - SEBASTIEN BOZON AFP

La phrase du candidat à la primaire est extraite d’un entretien au Point daté du 20 février. Elle lui avait valu de nombreuses railleries et commentaires ironiques sur son manque de « modestie » sur les réseaux sociaux. « C’est une erreur de penser que l’intelligence seule permet d’apporter des réponses aux problèmes des gens. C’est le cœur. C’est le cœur qui permet d’abord de comprendre les problèmes et d’y apporter des solutions », s’était-il ensuite justifié.

20 Minutes a sélectionné 5 autres « petites phrases » également nommées:

La plus footballistique : « À droite, ce n’est plus une primaire, c’est une équipe de foot »

Le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis, lors d'une conférence de presse au siège du PS à Paris le 20 juin 2015
Le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis, lors d'une conférence de presse au siège du PS à Paris le 20 juin 2015 - THOMAS SAMSON AFP

Le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis évoque la multiplication des candidats à la primaire dans Le Figaro le 15 février dernier.

>> A lire aussi : INFOGRAPHIE. L'équipe de football de la primaire de la droite et du centre

La plus osée : « Le 49-3 est un outil qui peut favoriser la discussion »

Le chef de file des députés socialistes, Bruno Le Roux, à Paris le 23 avril 2014
Le chef de file des députés socialistes, Bruno Le Roux, à Paris le 23 avril 2014 - Pierre Andrieu AFP

Le député PS de la Seine-Saint-Denis et président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale, Bruno Le Roux évoque à sa manière l’arme constitutionnelle sur RTL le 19 février 2016.

La plus courtisane : « Je ne veux pas récupérer le mouvement Nuit Debout mais je serais très fier s’il me récupérait »

Jean-Luc Mélenchon, cofondateur du Parti de gauche, le 1er février 2016 au palais de l'Elysée à Paris
Jean-Luc Mélenchon, cofondateur du Parti de gauche, le 1er février 2016 au palais de l'Elysée à Paris - ALAIN JOCARD AFP

Jean-Luc Mélenchon voit d’un bon œil la mobilisation place de la République sur RTL le 3 avril 2016.

La plus vache : « Les centristes sont tellement nombreux qu’on en trouve toujours un avec lequel être d’accord »

L'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, le 15 décembre 2015 à Paris
L'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, le 15 décembre 2015 à Paris - DOMINIQUE FAGET AFP

L'ancien Premier ministre et sénateur de la Vienne (Les Républicains) Jean-Pierre Raffarin ironise sur ses amis centristes dans Le Figaro Magazine le 16 avril.

La plus optimiste : « Une croissance nulle conforte nos objectifs en matière de croissance »

Le ministre des Finances, Michel Sapin, à Paris le 25 avril 2016
Le ministre des Finances, Michel Sapin, à Paris le 25 avril 2016 - Geoffroy Van der Hasselt AFP

Le ministre des Finances Michel Sapin est optimiste sur les prévisions de croissance le 14 août dernier sur France Inter.

Bonus: La plus Trumpesque: « : «Je connais bien le monde ouvrier ; j’en ai licencié des milliers»

Donald Trump, le 3 juin 2016, à Redding.
Donald Trump, le 3 juin 2016, à Redding. - Rich Pedroncelli/AP/SIPA

Le Jury tient également à saluer le candidat républicain à la présidentielle américain Donald Trump avec cette déclaration sur CNN le 2 juillet dernier.